8. Hors de…

8. Hors de sa tente

 

Beaucoup d’entre nous après l’expérience du salut,
quand nous savons que nous sommes purifiés du péché,
seraient heureux de s’en aller immédiatement avec Christ dans Sa Demeure céleste
et d’échapper aux épreuves, aux chagrins, à l’opprobre qui nous attendent dans ce monde.
Mais il ne peut en être ainsi, même si une profonde affection pour Christ Lui-même
nous fait languir d’être avec Lui pour toujours…

Verset 8   «Et après cela, il entrera dans le camp et il habitera sept jours hors de sa tente. » Purifié, rasé, lavé, l’homme peut à présent retourner dans le camp. Quel beau jour pour lui ! Il était naguère tenu à distance, hors du camp, mais maintenant il a été approché par le sang de cet oiseau pur. Cela ne nous rappelle-t-il pas la déclaration de l’apôtre Paul : « Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui étiez autrefois loin, vous avez été approchés par le Sang de Christ. » Éphésiens 2, 13   Maintenant personne ne peut faire objection quand le lépreux franchit le seuil de ce camp d’où toute souillure doit être exclue. Mais s’il peut retourner dans le camp, il ne lui est pas permis d’entrer dans sa propre tente. Il est obligé de s’en tenir éloigné pendant une période de sept jours. Qu’est-ce que cela nous enseigne ? Beaucoup d’entre nous après l’expérience du salut, quand nous savons que nous sommes purifiés du péché, seraient heureux de s’en aller immédiatement avec Christ dans Sa Demeure céleste et d’échapper aux épreuves, aux chagrins, à l’opprobre qui nous attendent dans ce monde. Mais il ne peut en être ainsi, même si une profonde affection pour Christ Lui-même nous fait languir d’être avec Lui pour toujours. Vous vous souvenez de l’homme de qui le Seigneur avait chassé une légion de démons, et qui Le pria de lui permettre de rester avec Lui. Mais que répond le Seigneur : « Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t’a fait,et comment Il a usé de Miséricorde envers toi . »  Marc 5, 19 Le Seigneur le renvoie pour qu’il Lui rende témoignage. Et je crois que le lépreux purifié, vêtu de vêtements propres et la tête rasée, devait être un témoin irrésistible de la Puissance et de la Bonté de Dieu. Pendant sept jours, il est tenu d’arpenter les chemins et les sentiers du camp, de côtoyer les tentes de ses semblables, sans rien qui puisse le cacher aux moqueries et aux risées du public. Mais sans ouvrir la bouche, il proclame à chacun : « Voici un lépreux qui a été rendu net et qui a été approché. »

Le nombre sept dans la Bible est le nombre parfait, et nous parle, ici, de la durée parfaite du temps que le Seigneur choisit de laisser chacun de nous dans ce monde « présents dans le corps … absents du Seigneur ».2 Corinthiens 5, 6  Pour le brigand mourant sur la croix, cette durée, ce laps de temps parfait, ne dépassa quelques heures : mais quel témoignage il rendit ! Clair et vibrant, tel est le son de cloche argentine dont l’écho descend à travers les âges et a ouvert une porte d’espérance et de purification à tant de pauvres pécheurs souillés !  Et quelle musique dut être le son de cette confession et de cet appel aux oreilles du Sauveur souffrant à côté de lui et pour lui, alors que tout Jérusalem était liguée contre son Messie, et que les Siens, remplis de crainte, n’osaient pas témoigner pour Lui ! Pour beaucoup d’autres croyants, ces « sept jours » se sont étendus sur de longues années comprenant toute une vie, mais pour chacun de nous la durée est parfaite ; elle est fixée pour nous par notre Sacrificateur. Si le lépreux en avait eu la liberté, il aurait plutôt hoisi d’échapper à l’opprobre des hommes dans le secret et la quiétude de sa demeure, jusqu’à ce que ses cheveux et sa barbe aient dûment repoussé. Mais Dieu l’avait choisi afin qu’il fût un témoin pour Lui, et quand recommencerait la croissance de ses cheveux et de sa barbe, il fallait qu’il fût rasé de nouveau, comme nous le verrons plus loin. De même, Dieu vous a choisi, lecteur (si vous êtes un lépreux purifié), pour être Son témoin ; et, s’Il vous laisse ici-bas, s’Il ne vous prend pas tout de suite dans Sa Demeure avec Lui, c’est parce qu’Il a besoin de vous, un monument de Sa Grâce dans ce monde qui L’a mis dehors. Le Seigneur Jésus a été « le Témoin fidèle et véritable ».Apocalypse 3, 14  Oh ! bien-aimés amis, arrêtons-nous, examinons nos voies, et demandons-nous quelle sorte de témoins nous sommes pour Lui !