12. Huile

12. Le « log » d’huile

 

Ceux pour qui, en Israël, il était prescrit de recevoir sur la tête l’Huile de l’Onction,
étaient les sacrificateurs, les rois, dans un seul cas un prophète – et les lépreux purifiés !
Dans quelle surprenante et merveilleuse compagnie n’est-il pas introduit !
Mystère insondable ! Grâce infinie !
Sacrificateur et pécheur se réjouissant seuls, ensemble…
Telle est la position dans laquelle le Seigneur introduit Son racheté.

« Et le sacrificateur prendra du log d’huile, et en versera dans la paume de sa main gauche, à lui, le sacrificateur ; et le sacrificateur trempera le doigt de sa main droite dans l’huile qui est dans sa paume gauche et fera aspersion de l’huile avec son doigt, sept fois, devant l’Éternel. » Versets 15 et 16    Nous avons vu que l’huile, dans l’Écriture, est un symbole du Saint Esprit   Jusqu’ici, le sacrificateur s’est occupé continuellement du lépreux, mais maintenant il le laisse de côté et l’oublie pour un moment – tandis que l’huile est répandue devant l’Éternel.Le lépreux, nous l’avons vu, est présenté à l’Éternel dans la Puissance du Saint Esprit, et en vertu du sacrifice de Christ. Mais maintenant l’huile elle-même est répandue comme aspersion devant l’Éternel.  Je crois que cela nous parle des délices que Dieu trouve dans son Saint Esprit par qui le Fils s’est offert.Nous avons tendance d’oublier que le Saint Esprit n’est pas seulement une « influence », mais est le Dieu vivant et vrai. Le nombre sept symbolise la perfection, et qu’il est précieux de se souvenir, lorsque nous considérons ce monde, avec toutes ses tristesses, ses péchés, ses souffrances, qu’il y a une personne divine habitant ici-bas, parfaitement agréable à Dieu. Vous vous souvenez comment Dieu le Père, du Haut des Cieux ouverts, contemplant avec ravissement Son Fils habitant alors sur la terre, pouvait dire de Lui, et de Lui seul : « Tu es Mon Fils bien-aimé en qui j’ai trouvé Mes délices ».   Matthieu 3, 17 ; – Marc 1, 11 ; – Luc 3, 22

De même, Dieu peut maintenant contempler le Saint Esprit ici-bas, car pendant toute l’Éternité Il fera Ses délices dans le Ciel. Quoiqu’Il habite dans chaque croyant, qu’Il soit leur soutien et leur force dans toutes les choses qui concernent Dieu, nous avons cependant à nous souvenir qu’Il est ici-bas, premièrement pour Dieu et pour Sa Gloire. « Et du reste de l’huile qui sera dans sa paume, le sacrificateur en mettra sur le lobe de l’oreille droite de celui qui doit être purifié, et sur le pouce de sa main droite et sur le gros orteil de son pied droit, sur le sang du sacrifice pour le délit. »Verset 17  Nous entrevoyons que l’huile, mise sur le sang du sacrifice pour le délit, parle de la Puissance et de l’énergie du Saint Esprit dans la vie du croyant, pour sa louange et pour son service dans les Parvis de Gloire.Le Seigneur a promis que le Consolateur serait avec nous pour toujours et sûrement que toutes les activités variées dans la sphère céleste dépendront de Son Pouvoir. « Et le reste de l’huile qui sera dans la paume du sacrificateur, il le mettra sur la tête de celui qui doit être purifié. »Verset 18 Il est si beau de voir que l’huile ne semble jamais s’épuiser ! Quoiqu’elle ait été répandue sept fois devant l’Éternel, placée sur l’oreille, le pouce, le gros orteil du lépreux, il en reste encore. Cela nous rappelle la déclaration que« Dieu ne donne pas l’Esprit par mesure. »  Jean 3, 34

Quelque grand que puisse être notre besoin de Lui, de Sa Puissance et de Son Énergie, nous pouvons être certains que l’Esprit de Dieu est plus que suffisant pour tout. Et après que nos obligations envers Dieu et envers les hommes auront été pleinement satisfaites par l’Huile, il en restera encore et ce reste est versé sur la tête de celui qui doit être purifié. Ceux pour qui, en Israël, il était prescrit de recevoir sur la tête l’Huile de l’Onction, étaient les sacrificateurs, les rois, dans un seul cas un prophète – et les lépreux purifiés !Dans quelle surprenante et merveilleuse compagnie n’est-il pas introduit ! Mystère insondable ! Grâce infinie !  Sacrificateur et pécheur se réjouissant seuls, ensemble…Telle est la position dans laquelle le Seigneur introduit Son racheté ! « Il nous a faits rois et sacrificateurs pour Son Dieu et Père », et nous sommes encore appelés : « une sacrificature royale. »  1 Pierre 2, 9   Que tout cela dépasse notre compréhension et nos plus beaux rêves !Qui jamais eût pu concevoir qu’un être vil, méprisé, souillé, banni, serait introduit dans une position d’où tout autre Israélite était exclu : celle d’un sacrificateur et d’un roi !  Nous ne pouvons que nous prosterner dans l’émerveillement et l’adoration devant une telle scène.« Et le sacrificateur fera propitiation pour lui devant l’Éternel. » Verset 18    Ce verset semble compléter le tableau du sacrifice pour le délit et de l’huile commençant au verset 12. Ce n’était pas que l’huile fit propitiation, car seul le sang couvre les péchés, mais cette déclaration, placée comme elle l’est, à la fin de la section qui nous entretient du sacrifice pour le délit et de l’huile, nous montre clairement combien le Saint Esprit est intimement lié à l’offrande de notre Seigneur Jésus Christ. Hébreux 9, 14

 Nous voyons l’homme qui doit être purifié, non seulement purifié par le sang, mais aussi abrité par lui, et nous pouvons bien nous écrier : « Bienheureux celui dont la transgression est pardonnée et dont le péché est couvert. » Psaume 32, 1Que dire de plus devant un tel tableau ? Il pourrait nous sembler qu’un trait de plus ne ferait que le gâter et pourtant nous découvrons que deux touches de plus sont nécessaires pour compléter sa perfection. « Et le sacrificateur offrira le sacrifice pour le péché et fera propitiation pour celui qui doit être purifié de son impureté ; et après il égorgera l’holocauste ».  Quelle Œuvre parfaite et complète notre Sauveur a accomplie à la Croix ! Non seulement les transgressions sont toutes effacées par le sang du sacrifice pour le délit, mais même cette vieille racine incurable de péché a été jugée. Car la vieille nature ne peut être pardonnée, elle est jugée. Notre sacrifice pour le péché est mort et comme nous sommes morts avec Lui, de même avec Lui nous sommes ressuscités, et lorsque nous serons introduits dans cette demeure de gloire, nous ne serons plus troublés par cette vieille nature pécheresse qui souvent nous cause tant de mal aujourd’hui.

Une touche encore et le tableau est parfait :« Et le sacrificateur offrira l’holocauste et le gâteau sur l’autel, et le sacrificateur fera propitiation pour celui qui doit être purifié, et il sera pur. »Verset 20   Avec le Sacrifice pour le Délit, celui qui apporte l’offrande pose sa main sur la tête de cette offrande et toutes ses transgressions et ses péchés sont transmis sur la victime ; il en est complètement libéré ; il n’a plus de culpabilité. S’agit-il de l’Holocauste, celui qui l’apporte met de nouveau sa main sur la tête de la victime et toute l’efficacité, la vertu de cette offrande est transferée sur lui. L’Holocauste est tout spécialement la part de Dieu dans l’Offrande ineffable de la Croix. On n’apportait pas cette offrande à cause du péché, mais comme l’expression la plus haute de ce que l’homme pouvait offrir à Dieu dans le service de l’Adoration. Quant à l’Offrande de Gâteau, elle symbolise la vie sainte et pure de notre Seigneur Jésus Christ quand il était ici-bas. [1]Voilà maintenant la purification du lépreux complètement achevée !

Il repasse dans son esprit l’histoire des jours écoulés, l’ancienne existence en dehors du camp, sa purification, sa présentation à l’Éternel, les marques faites sur lui avec ce sang qui a effacé tous ses péchés, cette merveilleuse et nouvelle position de roi et de sacrificateur dans laquelle il vient d’être introduit, cette offrande pour le péché qui l’a délivré de son « moi » incurable…Quelle histoire que la sienne ! Que peut-il offrir maintenant à Celui qui a fait tout cela pour lui ? Son cœur déborde de louange et d’adoration, et il apporte le don qui peut procurer la plus grande somme de joie au coeur de son Dieu.   Il offre l’Holocauste et l’Offrande de gâteau. Il présente à Dieu le Sacrifice de Son Fils Bien-aimé selon ce qui était alors prescrit au sujet de ce sacrifice comme spécialement la part de Dieu. Il apporte aussi, par le Sacrifice de Gâteau, cette Vie pure et sans tache, cette Vie immaculée qui fut vécue ici-bas, Vie si différente de la sienne… Ainsi, le lépreux purifié est-il, non seulement placé dans la position de roi et de sacrificateur, mais il est devenu un adorateur. C’est là que nous le laisserons, prosterné devant cet autel, en face de l’holocauste dont la fumée monte vers Dieu comme un parfum d’agréable odeur, et nous pouvons l’entendre s’écrier : « Tu as oint ma tête d’huile, ma coupe est comble ! » Psaume 23, 5  L’adoration véritable, c’est ce qui jaillit vers Dieu d’un cœur débordant, d’un cœur si rempli qu’il ne peut être contenu et qu’il déborde de louanges, d’actions de grâce et d’adoration. Tel est, croyons-nous, ce que nous disent ici l’holocauste et l’offrande de gâteau montant ensemble comme un parfum devant Dieu. Nous avons cherché, quoique bien faiblement, à suivre le chemin du lépreux depuis son bannissement hors du camp jusqu’à cette place d’adorateur devant l’Autel de l’Holocauste. Quel chemin ce fut pour lui ! Et pourtant, cher ami croyant, ce n’est pas autre chose que votre chemin et le mien ! Grâce infinie ! Puisse-t-Elle incliner nos cœurs à un Amour plus brûlant pour Celui qui a tant fait pour nous !

 

Notes

[1] Faite avec la fleur de farine, cette substance contenue dans « le grain de blé », douce, onctueuse au toucher, sans aspérité, en sa pure blancheur, convenait bien comme symbole de l’humanité parfaite de Christ ; et qu’il est émouvant d’entrevoir, dans les différents modes de cuisson prescrits pour ce sacrifice, les souffrances toujours plus intenses auxquelles cette vie parfaite fut soumise pour notre salut. Lévitique 2, 1-10

 

%d blogueurs aiment cette page :