Equipé pour être un Vainqueur

a0c0f-legionnaire

Auteur : Pasteur Deborah-Esther LIEBER

@ 2008 – 2014 – Ce site participe au
Ministère de l’Alliance  & PAROLES de VIE

 

Paul, à cause de ses multiples emprisonnements, eut tout loisir de voir ces illustres soldats romains de très près et put observer leur équipement :

le ceinturon, la cuirasse, les chaussures de guerres cloutées, le bouclier massif, le casque magnifique, l’épée,

et la longue lance qui pouvait être lancée à une distance impressionnante afin d’empêcher l’ennemi d’approcher…

Le soldat romain du temps néo-testamentaire portait ces sept pièces de l’armure, à la fois offensives et défensives.

C’est pourquoi Paul écrit à l’Église d’Éphèse :

Revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu, afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable

en Éphésiens 6, 10

Le Discipolat

homme.gif
Être un Disciple !

Apporter la Bonne Nouvelle est la plus grande Entreprise que Dieu ait confiée à Son Église.

Mais comment faire des Disciples si l’on n’est pas soi-même un Disciple ?

L’Évangélisation (apporter la Bonne Nouvelle) ne peut se faire que par des Disciples engagés…

Notre vie se doit d’être vécue dans la perspective de faire de toutes les Nations des Disciples !

Évangéliser, est-ce une option ou simplement de l’obéissance ?
Allez donc et faites disciples toutes les nations,
les baptisant dans le Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
leur enseignant à garder toutes les choses que
Je vous ai commandées.
Matthieu 28, 19-20

Il leur dit :
Allez dans tout le monde et prêchez l’Évangile à toute la Création !
Marc 16, 15

Vous, vous êtes témoins de ces choses…
Luc 24, 48

Comme le Père M’a envoyé, Moi Je vous envoie !
Jean 20, 21

Les Évangiles nous disent d’aller, d’être témoins parce que nous sommes envoyés !
~~~~~~~~~

Pourquoi cela est-il nécessaire ?
Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. C’est Sa volonté !

Le Fils de l’homme est venu chercher ce qui était perdu.
Matthieu 18,11

Le Diable aveugle les pensées des hommes
2 Corinthiens 4, 4

L’homme est perdu, et c’est fait : il n’est pas en train de se perdre.

Il y a urgence et Dieu a besoin de nous !!

~~~~~~~~~

Comment pouvons-nous mieux évangéliser ?


1. En étant un disciple !

Le mot disciple vient du grec, traduit en latin par discipulus ce qui donne en français Apprenti. C’est donc celui qui apprend en travaillant et travaille en apprenant chez un Maître.

2. En étant réveillé !

On ne part pas à son travail tel qu’on sort du sommeil le matin, au saut du lit ! Il est nécessaire de se défaire de ses vêtements ainsi que des odeurs de la nuit…

Ainsi aussi, nous nous dépouillons de nous-mêmes et nous revêtons Jésus-Christ,
afin que les autres perçoivent cette bonne odeur de Christ
2 Corinthiens 2, 11.

3. En étant une communauté de disciples réveillés !

L’ordre s’adresse à un ensemble de disciples réveillés. La Mission commence là où Dieu nous a placés.

L’Église locale, c’est la Communauté des Appelés, des Témoins, des Envoyés !

DISCIPLE de CHRIST = APPRENTI

~~~~~~~~~~~~~

Ce qu’est un Disciple

et

ce que tout Disciple doit être…


1. Qu’est ce qu’un Disciple ?

Un Apprenti, Image simple et facile à saisir…

2. Quel but doit avoir le Disciple ?

Être accompli… comme son Maître !

3. Que doit apprendre le Disciple ?

Le CHRIST !

Vous n’avez pas appris ainsi le Christ,
si du moins vous L’avez entendu et avez été instruits en Lui,
selon que la Vérité est en Jésus.
Éphésiens 4, 20

Il y a une très grande différence entre « apprendre le Christ » – c’est Sa Vie qui s’incarne en nous – et « apprendre au sujet » du Christ… – connaissance intellectuelle enseignée !

4. Où le Disciple fait-il son apprentissage ?

Dans l’Église, la Communauté !

 

Dieu L’a donné (le Christ) pour être Chef sur toutes choses,
à l’Assemblée qui est Son Corps,
la Plénitude de Celui qui remplit toutes choses.
Éphésiens 1, 22-23
 
Il a donné les uns comme Apôtres, les autres comme Prophètes,
les autres comme Évangélistes, les autres comme Pasteurs et Docteurs,
en vue de la perfection des Saints,
pour l’Oeuvre du Service,
pour l’édification du Corps de Christ ;
jusqu’à ce que nous parvenions tous
à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu
à l’état d’homme fait,
à la mesure de la stature de la Plénitude de Christ ;
 
afin que nous ne soyons plus de petits enfants ballotés et emportés ça et là
par tout vent de doctrine dans la tromperie des hommes
dans l’habileté à user des voies détournées pour égarer,
mais que, étant vrais dans l’amour,
nous croissions en toutes choses
jusqu’à Lui qui est le Chef, le Christ !
  Éphésiens 4, 11-15
 


5. Comment fait-il son Apprentissage ?

Il apprend en travaillant !
Il travaille en apprenant !

Pour un vrai disciple, il n’y a pas de chômage…
Ce n’est pas comme pour les études qui aboutissent à un diplôme et souvent… au chômage ! Dans l’Église, c’est vrai, il y a des chômeurs spirituels et on peut se poser la question suivante : sont-ce des vrais Disciples avec la Vie de Christ ou bien sont-ce des Prosélytes ayant reçu un enseignement intellectuel ?

6. Où vit le Disciple ?

Dans le Monde !

Je ne suis plus dans le monde…
Et ceux-ci sont dans le monde !
…Moi, Je leur ai donné Ta Parole et le monde les a haïs
parce qu’ils ne sont pas du monde
comme Moi Je ne suis pas du monde.
Je ne Te fais la demande que Tu les ôtes du monde,
mais que Tu les gardes du mal.
Ils ne sont pas du monde,
comme Moi,
Je ne suis pas du monde.
Jean 17, 11 & 14-18
 


7. Qui est-il, le vrai Disciple ?

La Semence de Dieu !

La Semence de Dieu est la Parole de Dieu.
Luc 8, 11
Le champ, c’est le monde. Et la Bonne Semence, ce sont les fils du Royaume.
Matthieu 13, 38  

La Parole de Dieu doit s’incarner en nous et nous devons être comme un livre ouvert pour ceux qui nous entourent.

Il est essentiel de comprendre que avant de faire, nous devons ÊTRE !

Dieu est le grand « JE SUIS » !

 ~~~~~~~~~~~~~~

Les caractéristiques du Disciple

– Il a un Maître

– Il est fier de Son Maître

– Il a du respect pour son Maître et pour Son Oeuvre !

C’est le respect de la Création de Dieu, que ce soit la nature ou la personne humaine. Le chrétien a automatiquement une tendance écologique. Son respect de la Création de Dieu, l’amène aussi à respecter l’homme – Création de Dieu.

Cela l’amène à respecter ainsi l’appartenance dénominationnelle, car cela fait partie aussi du Corps de Christ dont Lui est la Tête.

– Il passe du temps avec son Maître

Cela veut dire : culte personnel, lecture de la Parole, prière dans l’intimité de Dieu. Que dire d’un apprenti qui ne viendrait qu’une fois par semaine voir son Maître ??? C’est vrai qu’il peut Le louer pour Son travail si beau, L’admirer et Le remercier d’être compté au nombre de ceux qu’Il veut enseigner… mais quelle est la réalité de son Apprentissage ? Que penser du chrétien du Dimanche qui ne rencontre son « Seigneur » (mais est-Il réellement son Maître ?? ) qu’une fois dans la semaine même s’il participe à la louange et à la prière ? N’est-ce pas seulement un rite et non la réalité de la Vie de Christ vécue ?

– Il accepte l’enseignement de son Maître

Le Maître prend l’entière responsabilité de l’Apprentissage. Il ne met pas dehors l’Apprenti parce qu’il a raté une pièce, mais lui redonne, en lui expliquant, une autre pièce à faire jusqu’à ce qu’il ait compris.

– Il met en pratique ce que lui dit son Maître.

– Il s’identifie à son Maître.

– Il sert son Maître avec persévérance.

– Il accomplit un travail utile à son Maître.

– Il devient Maître à son tour quand Dieu l’appelle à former d’autres Apprentis. C’est l’entrée dans les charges et les fonctions que Dieu reconnaît dans l’Église.
homme.gif

Des armes spirituelles… pour devenir des VAINQUEURS

 

fleche4.gif

 

 

L’Apôtre Paul a eu toute liberté d’observer le Soldat Romain durant ses années de captivité, puisqu’en tant que
citoyen romain, il n’était pas enchainé au sol dans une cellule mais attaché à un Soldat et entouré de gardes – eux aussi soldats. Il a eu tout loisir de regarder, de parler, de
méditer… sur l’équipement du Soldat.

Pour pouvoir bien appréhender les Choses Spirituelles dont il nous parle, nous allons dans un premier
temps regarder les choses naturelles et visibles qui nous les feront comprendre.

10 Au reste, mes frères, fortifiez-vous dans le Seigneur et dans la Puissance de Sa Force !

11 Revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu, afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable :
12 car notre lutte n’est pas contre le sang et la chair, mais

– contre les principautés,

– contre les autorités,

– contre les dominateurs de ces ténèbres,

– contre la puissance spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes

13 C’est pourquoi prenez l’armure complète de Dieu,afin que, au mauvais jour, vous puissiez résister, et, après avoir tout surmonté, tenir ferme.
14 Tenez donc ferme,

        ayant ceint vos reins de la vérité , et ayant revêtu la cuirasse de la justice,
15 et ayant chaussé vos pieds de la préparation de l’évangile de paix ;
16 par-dessus tout, prenant le bouclier de la foi par lequel vous pourrez éteindre tous les dards enflammés du méchant.
17 Prenez aussi le casque du salut,

        et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu;
18 priant par toutes sortes de prières et de supplications, en tout temps, par l’Esprit,

       et veillant à cela avec toute persévérance et des supplications pour tous les saints
19 et pour moi,

afin qu’il me soit donné de parler à bouche ouverte pour donner à connaître avec hardiesse le mystère de l’évangile,
20 pour lequel je suis un ambassadeur lié de chaînes, afin que j’use de hardiesse en Lui, comme je dois parler…

Épitre aux Éphésiens 6

 

 

Armes et protections du soldat romain

 

Soumis a un entraînement continuel, les soldats romains manient les armes avec une surprenante agilité.

Les légionnaires disposent du gladius et du pilum.
– Le gladius est une épée à double tranchant, longue de 50 cm et assez large. On la porte sur le côté droit : ainsi, en la sortant du fourreau, on ne gêne pas le bras gauche qui soutient le bouclier.
– Le pilum, lui, est une lance de bois, mince et légère, d’un mètre cinquante de long. On peut la lancer à 20 ou 25 m
devant soi. Sa pointe munie de deux crochets, se fiche aisément dans le bouclier de l’ennemi. Le pilum a été emprunté aux Samnites, guerriers qui vivaient dans l’Italie centrale. Il est composé de trois parties : un manche en bois, une pointe en métal et, entre les deux, une cheville qui se brise en se fichant dans le bouclier et déséquilibre l’adversaire.

Les vélites sont moins chargés.
Cette infanterie légère manie l’arc, la fronde, et le javelot, sorte de lance beaucoup plus courte que le pilum, et terminée par une pointe de fer très effilée.

Les cavaliers attaquent à l’épée et à la lance

Il y a aussi des armes défensives.

– Sur la tête, un casque de peau renforcé de lames de métal .

– Sur le buste et le dos , une cuirasse de cuir ; plus tard, le soldat portera une sorte de cotte de mailles faite de petites lamelles de cuivre ou de fer, disposées comme des écailles de poisson.

– Aux jambes, des jambières en bronze ;.

– Au bras gauche, un bouclier en bois couvert de peaux de bœuf, pièce de 1,40m de haut et de 90cm de large, dont le centre offre une curieuse saillie en métal : son but était de faire dévier les traits ennemis. Au début, le soldat était moins bien protégé : son bouclier était en cuivre, mais plus petit et rond.

Les Romains empruntaient aux vaincus ce qu’ils avaient de bon : telle ou telle pièce d’armement, par exemple. Ainsi, leur courte épée,
le glaive, venait d’Espagne. Ils utilisèrent plusieurs types de cuirasses. La plus commune, est dite « articulée », ou « à lamelles ».

Le port du ceinturon
était interdit aux « bleus » : c’était le privilège du vrai soldat ; on y attachait le glaive et un poignard.
Les médailles, des plaques de métal décorées, étaient fixées sur la cuirasse.

Par-dessous, une chemise en tissu, qui se terminait par une sorte de petite jupe, et une veste en cuir. Un autre modèle était constitué par une veste en cuir recouverte d’écailles de métal ; on connaissait aussi la cotte de mailles, faite de fils de fer tressés.

Les auxiliaires recevaient une épée plus longue que celle des légionnaires, et parfois une lance également plus longue que le pilum (javelot de l’infanterie romaine).

 

fleche4.gif

 

Armes et Protections du Soldat de l’Éternel des Armées

 

Dans l’ordre où cela nous est présenté en Éphésiens 6...

C’est l’Armure de Dieu :  » de Dieu « , c’est un génitif complément du Nom, ce qui veut dire que c’est l’Armure appartenant à Dieu… Il s’agit de la Sienne !

1. La Ceinture
2. La Cuirasse
3. Les Chaussures
4. Le Bouclier
5. Le Casque
6. L’Épée
7. La Lance

Nous étudierons avec la Grâce de Dieu chaque partie de cette Divine Panoplie.

 

 

Endosser l’armure complète !

fleche4.gif

Endosser l’armure complète !

Paul écrit à l’Église d’Éphèse :

Revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu, afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable

en Éphésiens 6, 10

L’Armure complète vient du mot grec panoplia et fait référence au soldat romain qui est couvert de son armure, depuis la tête jusqu’au bout des orteils.

Paul, à cause de ses multiples emprisonnements, eut tout loisir de voir ces illustres soldats romains de très près et put observer leur équipement : le ceinturon, la cuirasse, les chaussures de guerres cloutées, le bouclier massif, le casque magnifique, l’épée, et la longue lance qui pouvait être lancée à une distance impressionnante afin d’empêcher l’ennemi d’approcher…

Le soldat romain du temps néo-testamentaire portait ces sept pièces de l’armure, à la fois offensives et défensives. Nous pouvons en voir dans nos musées encore de nos jours.

– La première pièce entre toutes de l’équipement du soldat romain est la ceinture ou le ceinturon. Bien que ce soit la plus banale pièce de son équipement, c’est la pièce essentielle de l’armure car elle permet de tenir toutes les autres parties ensemble.

Par exemple,
– le ceinturon tenait la cuirasse en place,
– le bouclier était attaché au ceinturon dans le temps de repos
– de l’autre côté du ceinturon était suspendue lépée quand elle n’était pas utilisée.

Le ceinturon était quelque chose de tellement ordinaire, que le soldat n’aurait as écrit à sa famille pour annoncer qu’il en avait un neuf ! Cependant, il était la pièce maitresse de l’armement du soldat romain, car il tenait toutes les autres autres pièces. Sans le ceinturon, les autres pièces ne tenaient pas en place. Il symbolise son appartenance à l’armée ; aussi, même en tenue civile, le soldat l’arbore toujours avec fierté.

– Une magnifique cuirasse était fixée au ceinturon : elle était faite en deux parties, une devant qui couvrait la poitrine et l’autre derrière pour protéger le dos. Des plaques articulées de métal protégeaient les épaules et étaient attachées par des anneaux d’airain. Ces plaques étaient petites et agencées à la façon des écailles de poisson, se superposant les unes les autres pour donner de l’aisance. Plus tard, la cuirasse s’est transformée en cotte de mailles, petits anneaux métalliques « tricotés » ensemble qui apportaient plus de souplesse tout en protégeant efficacement. Cette lourde pièce part du haut du cou et descend sur les cuisses jusqu’aux genoux et ressemble à une chemise : c’est la partie la plus lourde et pesante de l’équipement. Cette pièce pouvait atteindre plus de vingt kilos suivant la stature du soldat.

En 1 Samuel 17, 5 nous voyons que Goliath portait une cuirasse de 5000 sicles d’airain soit l’équivalent de 60 kilos !

– Pour compléter cette magnifique cuirasse, le soldat romain portait une troisième arme, terrible, de dangereuses chaussures cloutées. Ces chaussures n’étaient pas du tout les sandales que les gens portent de nos jours avec des bandelettes de cuir autour de la cheville et des orteils !

Les chaussures que portait le soldat romain étaient faites de deux pièces de métal :
– une  » guêtre  » ou partie de bronze ou d’airain qui couvrait la jambe du soldat : commençant au genou, elle allait jusque sur le dessus du pied comme le ferai une botte
– une  » chaussure « : le dessus et les côtés du pied étaient eux aussi couverts par un épaisse plaque de métal
– une semelle cloutée de pointes acérées d’un longueur de 3,5 centimètres environ. Mais les pointes de la chaussure de combat atteignaient jusqu’à 10 centimètres !!

C’est ce que Paul appelle délicatement des  » chaussures de paix « 

en Éphésiens 10, 15

C’étaient des chaussures spécialement faites pour avancer et pour tuer !

– Pour accompagner les chaussures de tueur, le soldat romain avait sur lui, une quatrième arme d’importance, à savoir un grand bouclier oblong. Ce boulier massif était fait de lanières de cuir tissées entre elles et bordé d’un solide bord de bois et de métal. Il était trempé dans l’huile pour le rendre imperméable et en général peint de motifs destinés à protéger surnaturellement – tout en indiquant l’appartenance à la division.

– La cinquième pièce de l’armure du soldat romain est son casque. C’est la pièce la plus importante qui protégeait la tête de tous choc fatal et pesait environ 7 kilos. Le casque était l’objet le plus remarquable de toute l’armure. Il était impossible pour un soldat romain de passer inaperçu à cause de son casque.

– La sixième pièce de l’armure du soldat romain était l’épée. Bien qu’il existât beaucoup de sortes d’épees dans ce temps-là, l’épée du soldat romain était très large, très lourde et massive. Cette épée était faite spécialement pour le corps à corps et tuer l’adversaire ou l’ennemi.

– Enfin, la septième et dernière pièce de l’armure était la lance spécialement travaillée pour atteindre l’ennemi à distance. Beaucoup n’ont pas reconnu l’existence de la lance dans Éphésiens 6, 10 mais la lance doit être présente dans ces versets, car nous sommes enseignés à revêtir  » l’Armure complète de Dieu « . C’est ce que nous verrons ultérieurement.

Paul nous donne cet ordre en précisant bien à Qui appartient cette Armure : c’est Celle de Dieu.

En grec tou the-o indique un génitif, ce qui correspond à notre complément du nom.
Simplement, cela veut dire que cette panoplie d’armes surnaturelles vient de Dieu directement !

On pourrait traduire ainsi :  » Mettez l’Armure complète qui vient de Dieu…  »   Un prestigieux Uniforme !

fleche4.gif

 

Un Nouvel Ensemble de Vêtements

Éphésiens 6, 11

…revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu, afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable…

Remarquez bien que Paul donne un ordre : Revêtez-vous !
C’est la traduction d’un mot grec enduo très fréquemment utilisé dans tout le Nouveau Testament. En fait, c’est le mot exact que Luc utilise quand il rapporte ce que Jésus leur ordonne en Luc 24, 49 :
et voici, Moi J’envoie sur vous la Promesse de Mon Père. Mais vous, demeurez dans la ville,
jusqu’à ce que vous soyez revêtus de Puissance d’En-Haut.

Le mot enduo signifie  » endosser un nouvel ensemble de vêtements « .
Il faudrait traduire ainsi pour être plus précis : Restez dans la Ville de Jérusalem jusqu’à ce que vous soyez habillés de la Puissance d’En-Haut !

Paul utilise ce mot enduo à travers tous ses écrits pour parler symboliquement de ce fait de revêtir l’Homme nouveau.

Dans Éphésiens 4, 24 et Colossiens 3, 10, il nous presse de revêtir l’Homme nouveau. En utilisant ce terme dans ces deux passages spécifiques, Paul nous dit de nous revêtir du nouvel Homme et du fruit de la nouvelle Vie, de la même façon que quelqu’un le ferait avec un ensemble de nouveaux habits.

Paul utilise aussi enduo dans Éphésiens 6, 11, de la même façon (c’est-à-dire l’acte de mettre un ensemble de nouveaux habits) seulement là, il utilise ce mot en relation avec une armure spirituelle : il nous invite à revêtir toute l’Armure de Dieu !

En plus, il utilise le temps impératif dans ce passage ! Cela signifie qu’il ne nous fait pas une suggestion intéressante, mais bien plutôt, il nous donne un ordre, de la manière la plus forte qu’il puisse le donner. Il nous commande avec une grande urgence de faire cette action immédiatement…
Cette action est si importante que Paul nous commande d’exécuter cet ordre sans délai : Soyez revêtus de toute l’Armure de Dieu ! Nous pouvons rejeter ce commandement ou nous pouvons l’accepter. Si nous prenons à cœur ce que Paul demande, alors nous devons apprendre et savoir comment revêtir cette  » Armure complète de Dieu  » !


Comment devons-nous revêtir

 » toute l’Armure de Dieu  » ?

fleche4.gif
Paul décrit le matériel de guerre du soldat comme  » l’Armure complète de Dieu « .

Remarquez bien ces deux petits mots : de Dieu ! C
ela vient du grec tou teh o et c’est un génitif, ce qui signifie un complément du nom en français ou  » qui appartient à…  » Autrement dit, cette panoplie d’armement, complète et spirituelle, vient directement de Dieu Lui-même ! Dieu en est la Source et l’Origine, c’est Son Armure. Nous pourrions traduire cela ainsi :  » Revêtez-vous de l’Armure complète qui provient de Dieu…« 
Comme cette Armure provient de Dieu et a Son Origine en Lui, il est très important de comprendre que nous devons être et rester dans une Communion sans faille avec notre Dieu afin de pouvoir bénéficier, jouir – sans interruption – des privilèges de cette Armure spirituelle !! Lorsque nous interrompons notre Marche de Communion avec le Seigneur, nous cessons de trouver en Lui notre Source de puissance de Vie – et ce, pour tous les domaines de notre vie sur terre. Mais dès que notre Communion avec Lui se rétablit par la repentance, alors, nous retrouvons notre Source de Protection intacte !!
Je suis toujours étonnée de voir les gens ignorer le fonctionnement de leur vie spirituelle et cesser de Marcher avec le Seigneur… puis se plaindre ensuite de toutes sortes de problèmes et de pertes, à cause des brèches de Communion dans leur vie : alors qu’ils peuvent se sortir de toute cette confusion et cela est vraiment simple !

L’Armure spirituelle a Sa Source en Dieu et quand nous cessons temporairement de Marcher dans la Communion avec le Seigneur et dans la Puissance de notre Dieu, nous choisissons temporairement de sortir de Sa Présence et de laisser la Source d’où notre Armure provient ! Tout comme nous tirons notre Vie de Dieu, tout comme nous tirons notre nature de Dieu, de même que nous tirons notre Puissance spirituelle de Dieu, notre Armure spirituelle vient aussi de Dieu !

Qu’arrive-t-il à notre vie spirituelle quand nous cessons temporairement de Marcher avec Dieu ? Est-ce qu’à ce moment-là, nous sommes dans la pleine jouissance de la Vie abondante promise ? Bien sûr que non !
La Vie abondante promise nous appartient cependant encore de droit, mais à cause de la stagnation dans laquelle nous sommes et de notre éloignement de Lui, nous ne pouvons plus La vivre : nous nous sommes débranchés de la Source de Vie qui est en Dieu !
Qu’arrive-t-il à la Puissance du Saint-Esprit dans la vie du croyant qui développe une attitude d’angoisse et d’inquiétude dans sa vie spirituelle ? Continue-t-il à jouir de la Puissance de Dieu dans sa vie ? Bien sûr que non !
Alors que la Puissance de Dieu est toujours disponible pour ce croyant, l’angoisse et l’inquiétude bouchent temporairement sa Source de Puissance ! Pourquoi ? Parce que la Puissance spirituelle trouve Son origine exclusivement dans le Seigneur !
Quand j’arrête temporairement de Marcher avec le Seigneur et avec Lui dans Sa Communion, je choisis temporairement d’arrêter les flots de Sa Divine Puissance dans ma vie !!
En outre, qu’arrive-t-il à l’aptitude du croyant à marcher revêtu de Son Armure quand il suspend temporairement la Marche de Communion avec son Seigneur ??
Continue-t-il à bénéficier des privilèges de couverture et de protection de cette Armure qui appartient à Dieu, dans cette situation de rupture de Communion ? Bien sûr que non !!
Alors que cette Armure spirituelle lui reste encore et qu’elle lui est toujours accessible pour La revêtir et en user – à cause de cette rupture de Communion temporaire, il a choisi de marcher sans en être revêtu et de perdre ainsi le bénéfice de cette Armure et de Sa Protection : l’Armure de Dieu est la seule Protection efficace et valable ! Pourquoi ? Parce que son Armure spirituelle trouve Son Origine et Sa Source en Dieu !!
En mettant temporairement ma vie spirituelle en « stand by » j’opte pour laisser de côté mon Armure spirituelle – temporairement jusqu’à ce que je choisisse de retrouver la Communion avec mon Seigneur par la repentance et de me re-mettre en Marche avec Lui.
Beaucoup de gens ont pris cette habitude de « mettre chaque matin l’armure  » et de l’endosser par la foi, disent-ils !
Dès qu’ils sont réveillés, et juste au sortir de leur lit le matin, la première chose qu’ils font, c’est de faire comme s’ils s’habillaient de cette Armure en mimant leurs gestes en prenant une pièce après l’autre :
– ils font le geste d’attacher autour de leur taille la ceinture de la vérité
– ils font semblant de revêtir la cuirasse de la justice sur leur corps qui va les protéger efficacement
– ils tripotent leurs pieds et imaginent enfiler les chaussures de paix… qui vont leur permettre de traverser la journée dans la paix
– ils attachent à leur ceinture et font comme si ils avaient un énorme bouclier de la foi… qui les gardera tout au long du jour
– ensuite, ils coiffent leur tête d’un magnifique casque du salut
– enfin ils simulent avoir une épée qu’ils placent sur leur côté !!!
Cette routine journalière est peut-être drôle à exécuter ; elle peut peut-être aider quelques personnes – spécialement des enfants – à mieux visualiser et centrer leur vie spirituelle ? Mais cette simulation quotidienne de revêtir une armure ne permet pas de mettre l’Armure de Dieu sur qui que ce soit !!!
L’Armure de Dieu ne devient nôtre
que par la vertu de
notre Communion
avec Dieu !
C’est pour cela que Paul utilise le génitif : il veut nous faire comprendre que cette Armure appartient à Dieu ! Elle n’est pas disponible quand nous y pensons ; ou bien quand nous nous levons le matin et faisons le mime de la revêtir !
Cette Armure trouve Son origine, Sa Source en Dieu.
Elle n’est disponible qu’en Lui,
dans une relation étroite avec Lui qui est la relation d’Alliance.
Elle est librement disponible pour tous ceux
qui tirent leur vie et leur existence de Lui.
Notre relation de communion sans interruption (par le péché volontaire ou la rébellion), c’est-à-dire la Vie d’Alliance qu’Il nous a proposé est la garantie absolue que nous sommes revêtus de cette Puissante et Magnifique Armure de Dieu, de façon continue.

Veuillez noter ce que Paul nous dit en Ephésiens 6, 11 :

Revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu, afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable…

Dieu n’a pas pourvu à une partie de l’armement du Soldat : Il est l’Éternel des Armées ! Il a pourvu à tout l’équipement de guerre… Il nous a donné  » Son Armure complète « .
Nous sommes bien d’accord qu’Il nous a donné les vêtements de la Justice, la Robe blanche du salut… ceci dans le cadre de la Nouvelle Alliance de Sang en Jésus-Christ.

Alors…
n’oublions pas, que,
dans le cadre de la Nouvelle Alliance,
Il nous a donné Son Armure :
Revêtons La !!

 

Le Combat et la Lutte

fleche4.gif

Le premier combat – et il me semble le seul à être mentionné dans la Parole – le Combat auquel nous sommes tous appelés dès notre Entrée dans le Royaume de Dieu EST le Combat de la FOI
Paul est celui qui a le plus employé ce terme, mais l’auteur des Hébreux ainsi que Jude l’utilisent aussi.
Le commandement que je t’adresse, Timothée, mon enfant,
selon les prophéties faites précédemment à ton sujet,
c’est que, d’après elles,
tu combattes le bon combat,
en gardant la foi et une bonne conscience.

Cette conscience, quelques-uns l’ont perdue,
et ils ont fait naufrage par rapport à la foi !
Timothée 1, 18
Bien aimés,
comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun,
je me suis senti obligé de le faire afin de
vous exhorter à combattre pour la foi
qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.

Car il s’est glissé parmi vous certains hommes,
dont la condamnation est écrite depuis longtemps,
des impies, qui changent la Grâce de notre Dieu en dissolution,
et qui renient notre seul Maître et Seigneur Jésus Christ.
Or la Foi est une ferme assurance des choses qu’on espère,
une démonstration de celles qu’on ne voit pas…

…Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage,
n’ont pas obtenu ce qui leur était promis,
Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous,
afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection.

Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins,
rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement,
et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte,
ayant les regards sur Jésus, le Chef et le Consommateur de la Foi,
qui, en vue de la Joie qui lui était réservée, a souffert la Croix, méprisé l’ignominie,
et s’est assis à la Droite du Trône de Dieu.

Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne
une telle opposition de la part des pécheurs,
afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée.
Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché.
Hébreux 11 & 12

Le péché d’ INCRÉDULITÉ « colle à la peau » de l’être humain depuis la Chute : le croyant n’en est pas exempté quand il devient un croyant ! Au contraire, tous les détails de sa vie sont obligatoirement remis en question ! Ce péché d’incrédulité nous freine, nous arrête dans la Marche en avant avec le Seigneur…
C’est pour cela que Paul insiste avec Timothée pour qu’il ne se trompe pas de combat : le bon combat ? C’est celui de garder la FOI en notre Dieu envers, malgré, et contre tout.

Afin de ne pas dévier,
nous avons l’obligation qui va de paire,
celle d’avoir une bonne conscience !

Mais qu’est-ce la bonne conscience ?

Ce n’est pas la dimension morale, celle de n’avoir rien à nous reprocher : ce n’est pas la compréhesion biblique
– même si cela est aussi vrai et nécessaire
pour tout enfant de Dieu !

C’est la Conscience de Dieu, de ce qu’Il est, de ce qu’Il dit être, de sa Réalité en nous par son Esprit !

Malheureusement, trop de chrétiens ont une mauvaise conscience – celle du monde ténèbres et de ses puissances
qui ont été totalement vaincus à la Croix.

Notre combat –
celui que nous ne devons et ne pouvons pas éviter,
c’est celui
la FOI AVEC UNE BONNE CONSCIENCE !
Cependant, Éphésiens 6 nous indique une lutte – qui est une lutte de résistance  » contre… » et de « remplissage pour… » pouvoir tenir ferme et maintenir notre Position en Christ dans la vie quotidienne :
Au reste, mes frères,
fortifiez-vous dans le Seigneur et dans la Puissance de sa force ;
revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu,
afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable :
car notre lutte n’est pas contre le sang et la chair,
mais contre les principautés, contre les autorités,
contre les dominateurs de ces ténèbres,
contre la puissance spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes.

C’est pourquoi prenez l’Armure complète de Dieu,
afin que, au mauvais jour, vous puissiez résister,
et, après avoir tout surmonté, tenir ferme.

Tenez donc ferme,
ayant ceint vos reins de la vérité, et ayant revêtu la cuirasse de la justice,
et ayant chaussé vos pieds de la préparation de l’évangile de paix ;
par-dessus tout, prenant le bouclier de la foi
par lequel vous pourrez éteindre tous les dards enflammés du méchant.
Prenez aussi le casque du salut,
et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu ;
priant par toutes sortes de prières et de supplications, en tout temps, par l’Esprit,
et veillant à cela avec toute persévérance et des supplications pour tous les saints,
et pour moi, afin qu’il me soit donné de parler à bouche ouverte
pour donner à connaître avec hardiesse le mystère de l’évangile,
pour lequel je suis un ambassadeur lié de chaînes,
afin que j’use de hardiesse en lui, comme je dois parler.
Éphésiens 6

Lorsque nous venus à Jésus-Christ et l’avons accepté comme notre Sauveur, nous avons aussi à le reconnaître comme Seigneur : nous sommes avec Lui dans une Alliance de Sang et les Paroles de l’Alliance sont celles-ci :
Abram, ne crains point !
Moi, Je suis ton Bouclier et ta très-grande Récompense !

Genèse 15
En langage courant : Tes combats sont Mes Combats et tout ce qui est à Moi est à toi !
Pour une compréhension de l’Alliance de Sang dans laquelle nous sommes, voir ICI !
En clair, revêtus de l’Armure de Dieu – c’est-à-dire l’Armure qui appartient à Dieu ( en grec c’est un génitif, complément du nom) nous ne COMBATTONS pas mais nous résistons et nous nous fortifions en Dieu et en la Puissance de Sa Force : j’irai presque dire « résistance passive » mais en fait très active dans le Combat de la Foi et son corrolaire, le Repos en Dieu.
fleche4.gif
L’Objectif de l’Armure de Dieu est de nous permettre de vivre
concrètement
Son Alliance dans notre vie de tous les jours…
C’est l’Éternel Qui a une Armure : Il nous l’a donnée – en échange de nos vêtements souillés du péché. Nous, nous n’en avons pas…
C’est ce qui se passe dans le Partenariat d’Alliance. C’est Lui qui a remporté la Victoire : aurions-nous quelques victoires supplémentaires à ajouter ?? Non, bien sûr que non ! Il nous a donné Son Armure de Vainqueur en échange de nos haillons dégoutants – afin que nous maintenions et affirmions Effectivement Sa Victoire dans nos vies en restant dans Son Repos.
Nous sommes loin des méthodes et des recettes de délivrance qui ont cours depuis bientôt trois décades…
La Méthode de Dieu est aux antipodes :
Il nous L’a donnée
dans l’Alliance Nouvelle et Éternelle en Jésus-Christ !
C’est seulement la Vérité qui nous affranchira !
Jésus-Christ est la Vérité !
Dans le Combat de la Foi, il y a un vainqueur et un vaincu : lequel serai-je ?
Dans la Lutte contre les Puissances de méchanceté qui sont dans les Lieux Célestes, il y a des protagonistes : je suis dans le Camp du Vainqueur… alors je montre dans la Lutte, la Force de Résistance qui m’anime… car je suis fort en Dieu !
Il ne faut pas confondre la Lutte d’Éphesiens 6 et le Combat – le seul mentionné dans la Parole – à ma connaissance, le Bon Combat de la FOI.

Récapitulons !

– Dans le Combat de la Foi, il y a un vainqueur et un vaincu : lequel serai-je ? Dans un combat, il y a un vainqueur et un vaincu. Il y a une fin à tout combat…
– Dans le Combat de la Foi, je suis un vainqueur SI je crois ce que Dieu dit ou bien je suis vaincu SI je mets en doute Sa Parole. C’est pour cela que nous sommes exhortés à combattre le bon Combat de la foi.
– Dans le Combat de la FOI, c’est moi qui combats pour maintenir ma confiance en Dieu, et une confiance inébranlable : c’est un vrai combat quand les évidences naturelles sont là… et que je décide de ne croire QUE ce que mon Dieu me dit.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

– Dans la Lutte contre les Puissances de méchanceté qui sont dans les Lieux Célestes, il y a des protagonistes : je suis dans le Camp du Vainqueur… alors je montre dans la Lutte, la Force de Résistance qui m’anime… car je suis fort en Dieu !

– Dans une Lutte, il y a des protagonistes qui s’opposent et doivent résister. Cela dure dans le Temps…

Notre lutte contre les Puissances de ténèbres… dure toute notre vie sur la terre : il n’y a pas de trève ! Mais je sais que j’ai toujours le dessus, parce que je suis revêtue de l’Armure de mon Dieu d’Alliance.
Dans la lutte, je maintiens fermement ma position dans une situation qui est gagnée d’avance – parce que Jésus-Christ a déjà remporter la Victoire. Je ne combats pas mais je résiste, je RÉSISTE et je rappelle simplement à ces Puissances qui cherchent à harceler ( le lion rugissant qui rôde) tout chrétien pour le faire tomber – qu’elles ont été vaincues à la Croix.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Dans le combat de la foi, ma responsabilité est engagée et je me dois d’être un vainqueur…

Dans la lutte contre les puissances, je suis un vainqueur en Jésus-Christ et je me dois de faire respecter cette Victoire dans ma vie…

Ne nous trompons de combat !

Et luttons avec toute l’Armure de Dieu !

 

Notre Lutte

fleche4.gif

Nous avons vus dans l’article précédent : Le Combat et la Lutte, la différence de positionnement, et ce qui était de notre responsabilité.

– Le combat se situe pour moi dans ma pensée pour maintenir ma Foi pleine et entière en la Parole de mon Dieu,

– tandis que la lutte est une attitude de résistance face à l’ennemi, dans la certitude qu’il est vaincu et n’a aucun droit légal.

En clair, revêtus de l’Armure de Dieu – c’est-à-dire l’Armure qui appartient à Dieu ( en grec c’est un génitif, complément du nom) nous ne combattons pas mais nous résistons et nous nous fortifions en Dieu et en la Puissance de Sa Force : j’irai presque dire « résistance passive » mais en fait très active dans le Combat de la Foi et son corollaire, le Repos en Dieu.

L’Objectif de l’Armure de Dieu est de nous permettre de vivre
concrètement
Son Alliance dans notre vie de tous les jours…

Comme Paul continue en Éphésiens 6, 11, nous savons pour quel raison nous avons besoin de cette Armure :

Revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu,

afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable !

du-na-mis

Remarquez spécialement cette expression vous puissiez tenir ferme, que l’on pourrait rendre aussi par que vous soyez rendus capable de… Le mot grec capable est du-na-mis et il signifie une habileté explosive ou encore une force ou une puissance dynamique ; la phrase pourrait être traduite ainsi : …de telle sorte que vous puissiez avoir une puissance incroyable, explosive comme de la dynamite !

Paul, en utilisant ces termes, déclare en quelque sorte, que nous sommes équipés, en revêtant toute l’Armure de Dieu, d’une Puissance explosive et dynamique sous notre commandement !!

Cette Puissance du-na-mis est si forte que, lorsque nous marchons revêtu pour la première fois de notre vie de toute l’Armure de Dieu, nous sommes équipés, non seulement pour confronter notre ennemi , mais aussi pour le poursuivre … plutôt que d’être poursuivi par lui !

Nous devenons des agresseurs – face à notre ennemi Satan – parce que cette Puissance, cette Dynamite de Dieu est placée sous notre autorité et notre décision :

Nous avons un exemple majeur avec David, jeune homme qui monte seul contre le Philistin, au Nom de l’Eternel des Armées : le Philistin avait été capable d’outrager les troupes rangées d’Israël, le Peuple de Dieu, une grande armée pendant 40 jours !!! Et ce jeune homme, revêtu de toute l’Armure de Dieu, remporte tout seul la victoire au Nom du Dieu d’Israël… mais après avoir refuser l’armure charnelle du Roi Saül !
C’est pour cela que Paul peut dire que vous soyez rendus capable de… tenir ferme contre !

ste-nai

L’expression tenir ferme vient du grec ste-nai et signifie littéralement être planté face à…

Paul utilise cette expression en faisant référence au soldat romain qui se tient parfaitement droit : il est bien planté, les épaules rejetées en arrière, le torse bombé, la tête parfaitement dans l’axe, les yeux regardant au loin. C’est l’image d’un fier soldat, un vainqueur, confiant dans sa force et l’autorité qui émane de lui. Il est sans peur car personne ne peut lui marcher dessus et il se sait invincible et plein de courage.

L’expression ste-nai dépeint exactement comment nous apparaissons dans le Royaume spirituel lorsque nous avons revêtu toute l’Armure de Dieu : cette Armure nous donne une position de Vainqueur INVINCIBLE !

Il n’y a donc aucune raison à ce que nos vies soient dans la défaite.

Nous sommes équipés pour avoir

nos vies libres et éloignées de tout ennemi

qui tenterait de nous asservir !

Ainsi, nous pouvons marcher dans la confiance et la hardiesse, la tête haute et le torse bombé, car nous sommes revêtus de toute l’Armure de Dieu !

Il y a encore quelque chose de remarquable dans le mot ste-nai : ce mot, utilisé dans un sens militaire signifie aussi maintenir une position d’importance stratégique dans un champ de bataille.

Pourquoi est-ce important de comprendre ce sens ?

Parce que nous avons la responsabilité de tenir ferme dans tous les champs de bataille que nous rencontrons dans notre vie sur terre !

Si Dieu vous a appelés et vous donné une mission spécifique à faire dans le Corps de Christ, alors vous vous devez de vous tenir debout et ferme et maintenir votre position stratégique jusqu’à ce que la mission soit parfaitement accomplie et terminée !

Le Diable ne veut pas que nous puissions obéir à l’Appel de Dieu et accomplir la Mission qu’Il nous a confiée ; il transforme toujours cela en un champ de bataille : il essayera toujours de nous détourner de cela.

Aussi tant que la Mission n’est pas finie, la bataille gagnée, nous devons rester debout, tenir ferme et maintenir ce que Dieu nous a confié afin que Sa Volonté s’accomplisse sur la terre.

Nous devons nous déterminer à ne pas lâcher à l’ennemi un centimètre de terrain !!
C’est notre responsabilité !

 

L’enjeu de notre lutte

fleche4.gif

 

Revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu, afin que vous puissiez tenir ferme contre les artifices du diable

en Ephésiens 6, 1

Nous avons reçu l’Armure Complète de Dieu ainsi que l’Ordre de nous en revêtir sans délai, afin d’avoir la capacité de résister fermement – sans faille et sans peur – à notre Ennemi. Nous avons tout ce qui nous est nécessaire pour pouvoir tenir ferme !

Nous ne combattons pas… mais nous résistons et rappelons à notre Ennemi que nous faisons partie d’une Armée très spéciale, une Armée qui est victorieuse sans jamais avoir combattu, une Armée de vainqueurs qui font respecter la Victoire de leur Commandant en Chef, Jésus-Christ : nous sommes une Armée d’occupation !

Remarquons encore que Paul nous donne la raison de cette nécessité de revêtir l’Armure complète de Dieu : c’est celle de pouvoir tenir ferme contre…

Ce petit mot « contre«  en grec, c’est pros qui signifie une position en première ligne, un affrontement direct. En utilisant ce mot dans ce verset, Paul est en train de nous dépeindre l’attitude d’un soldat qui toise son ennemi en face à face, prêt à engager le corps à corps ; il le mesure et l’évalue ; il le défie les yeux dans les yeux !

Il s’agit donc pour nous d’une confrontation directe, sans laisser de possibilité à l’ennemi de s’échapper – tout en sachant que l’Armure complète de Dieu nous donne une position de Vainqueur INVINCIBLE !

Comme cette Armure provient de Dieu et a Son Origine en Lui, il est très important de nous souvenir que nous devons être et rester dans une Communion sans faille avec notre Dieu afin de pouvoir bénéficier, jouir – sans interruption – des privilèges de cette Armure spirituelle !!

Lorsque nous interrompons notre Marche de Communion avec le Seigneur, nous cessons de trouver en Lui notre Source de puissance de Vie – et ce, pour tous les domaines de notre vie sur terre. Mais dès que notre Communion avec Lui se rétablit par la repentance, alors, nous retrouvons notre Source de Protection intacte !!

Cette Armure de Dieu nous donne une telle Autorité, Celle de Dieu bien sûr, et nous rend si Puissants en Lui, que le diable et tous ses anges ne posent pas de problème pour nous, car nous sommes revêtus, tels de puissants guerriers spirituels, habilités à vaincre et tuer nos ennemis.

Nous sommes donc en prise directe avec les tentatives d’intimidation des artifices du diable !

Le champ de bataille le plus important de notre vie se trouve dans notre intelligence !

fleche4.gif

La lutte spirituelle est en premier lieu affaire de psychisme et d’intellect : regardez Eve et ce que la conversation avec le Serpent a donné comme résultat en Genèse 3, 6 :

Et la femme vit que l’arbre était bon à manger,

et qu’il était un plaisir pour les yeux, et que l’arbre était désirable pour rendre intelligent ;
et elle prit de son fruit et en mangea ;
et elle en donna aussi à son mari pour qu’il en mangeât avec elle, et il en mangea.

La Bible rapporte trois mots bien spécifiques – mots que nous devons connaître et dont nous devons comprendre la signification – lorsque nous réfléchissons à la lutte spirituelle qui est est la nôtre.

1. les Artifices, ruses ou fraudes (dans le sens de méthode, de mécanisme) Éphésiens 6, 11

2. les Astuces, desseins ou projets (dans le sens d’invention, d’imagination) 2 Corinthiens 2, 11

3. les Tromperies (dans le sens de supercherie et de mensonge) Jean 8, 44

Ces trois termes – artifices, astuces et tromperies sont essentiels pour nous, à prendre en compte et comprendre, spécialement quand nous étudions la lutte spirituelle.

– Le diable n’a pas plusieurs « tours dans son sac » comme le dit le dicton populaire : il n’en a qu’un et un seul qui lui permet d’attaquer l’être humain et c’est toujours la même méthode, la ruse et la fraude.

– Son objectif est toujours le même : toucher l’intelligence de l’homme pour l’amener dans la confusion !

– Enfin, le mensonge trouvera place et pourra remplacer la Vérité de Dieu – s’il ne rencontre aucune résistance..

N’oublions pas non plus que le diable est le « singe » de Dieu et il copie et contrefait toujours et encore, tout ce que Dieu fait !

– Dieu a un Dessein bien précis, Celui de  » tabernacler  » dans l’Homme, Sa Créature ! Il désire être en relation intime avec l’Homme, en communion comme un époux avec son épouse.

– Il est le Dieu de Lumière et a donné Sa Parole afin qu’Elle soit Lumière sur le sentier de notre vie. Il est dit que l’esprit de l’homme est la Lampe de l’Eterne!

– Il est le Dieu de Vérité et a donné Jésus-Christ, le Chemin, la Vérité et la Vie – comme moyen de vivre Sa Vie – à l’humanité.

Tout au long de la Bible, nous retrouvons la stratégie diabolique pour détruire, voler, faire mourir, dans la vie des hommes et chercher à s’opposer au Plan divin.

Les  » artifices  » du diable

fleche4.gif

Revêtez-vous de l’Armure complète de Dieu, afin que vous puissiez
tenir ferme contre les artifices du diable
en Éphésiens 6, 10

Ces trois termes – artifices, astuces et tromperies sont essentiels pour nous, à prendre en compte et comprendre, spécialement quand nous étudions la lutte spirituelle :

  • 1. les artifices, ruses ou fraudes (dans le sens de méthode, de mécanisme) Éphésiens 6, 11
  • 2. les astuces, desseins ou projets (dans le sens d’invention, d’imagination) 2 Corinthiens 2, 11
  • 3. les tromperies (dans le sens de supercherie et de mensonge) Jean 8, 44
Le premier mot artifice, ruse ou fraude, vient du grec metho-dos. Ce mot est composé de meta qui signifie avec et de odos qui veut dire route. Littéralement, ces deux mots juxtaposés en grec peuvent être traduit : avec une route !
C’est de ce mot grec metho-dos qui vient notre mot français méthode… Mais il n’est pas assez fort pour donner le plein sens de metho-dos. Ce mot est utilisé avec précision par le Saint Esprit, car il dit exactement comment le diable opère et il nous montre aussi exactement comment il attaque et assaille l’intelligence du croyant.
Ce mot metho-dos est souvent traduit en donnant l’idée de quelque chose de rusé, de subtil, plein de mensonge et de tricherie. Cependant le sens basique de ce mot est simplement :  » avec une route, un chemin « .

En faisant le choix de ce mot, Paul nous montre comment le diable fait pour nous inculquer ses mensonges, comment il peut nous tromper, nous mentir… Ce mot nous renseigne complètement sur sa façon de faire !

Contrairement à la pensée communément reçue, le diable n’a pas plusieurs tours dans son sac – comme il voudrait nous le faire croire !!
Le mot metho-dos signifie simplement que l’ennemi voyage sur une seule route, il voyage sur un seul chemin ou encore il marche sur une seule avenue !!!
En d’autres mots il n’a qu’un seul  » artifice « , une seule  » ruse » ou un seul  » tour  » dans son sac et bien sûr, il a appris à s’en servir de façon parfaite !
Mais, me direz-vous, quel est cet artifice, cette ruse, ce tour ??

Quel est ce chemin, cette avenue, cette route ??

Cette question – à laquelle nous répondrons plus loin – nous conduit d’abord à l’étude du deuxième mot utilisé dans la Parole par Paul, pour pouvoir comprendre et parler de la lutte spirituelle. Il s’agit du mot traduit par astuce, dessein ou projet. Nous verrons ce mot dans l’article suivant ! Les  » desseins  » du diable

fleche4.gif

Les  » desseins  » du diable

…que nous ne soyons pas circonvenus par Satan car nous n’ignorons pas ses desseins !
2 Corinthiens 2, 1

Paul, dans la seconde épître aux Corinthiens nous donne un indice pour savoir où cette  » route  » du diable nous conduit. Il dit que nous n’ignorons pas les desseins de Satan !

Ce mot dessein provient du mot grec noemata – qui lui-même est dérivé du mot nous. Et le mot nous signifie l’intelligence ou intellect. Cependant la forme noemata utilisée par Paul dans la seconde épître aux Corinthiens véhicule l’idée d’une intelligence trompeuse. Plus spécifiquement, le mot noemata dénote le complot insidieux et malveillant de Satan dans le but de remplir l’intelligence de l’homme de confusion !

Le mot noemata dépeint donc les complots insidieux et les projets méchants et iniques de Satan pour attaquer et exercer des représailles sur l’intelligence humaine. Un autre traducteur a même établi que le mot noemata apportait la notion de conflits de fausses idées. En gardant cela en tête, vous pouvez traduire le verset de la sorte :

 » …nous ne sommes pas ignorants des conflits de fausses idées que Satan essaye de mettre en nous. »
Parce que Paul utilise ce mot noemata, desseins pour décrire les attaques dont il a eu lui-même à souffrir et à se défendre, nous savons que même lui, Paul a eu à faire face à des assauts de l’adversaire dans son intellect de temps à autre. Même Paul connaissait pour lui-même les conflits de fausses idées que le diable essaye d’initier dans tout être humain.

C’était pour cette raison que Paul a écrit en 2 Corinthiens 10, 5 :

 » …détruisant les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu,
et amenant toute pensée captive à l’obéissance du Christ…

Le diable raffole de faire de l’intellect des gens son terrain de jeu !

Il se délecte en remplissant leurs affects et leurs sens d’illusions qui rendent prisonnière leur intelligence et finalement les détruisent. Il devient maître quand il parvient à des conflits de fausses idées dans les intelligences humaines.

Comme Paul nous devons prendre une décision, faire acte de volonté, décider de prendre entièrement en charge notre intellect, notre intelligence et amener captives toutes nos pensée à l’obéissance de Jésus-Christ.

Nous devons arrêter de nous écouter et commencer à parler et à ordonner à nous-mêmes – afin d’amener toutes nos pensées à se soumettre à l’obéissance de Jésus-Christ.

Le diable essaye de nous manipuler par nos émotions et les perceptions de nos sens dans l’objectif de faire de nous et de notre intelligence, son terrain de jeu ! Ne le lui permettons pas !

En considérant ces deux mots, artifice ou methodos et dessein ou noemata, nous avons donc compris deux choses extrêmement importantes à connaître, vitales pour savoir contrer et contrecarrer la stratégie d’attaque et d’emprisonnement de l’intelligence humaine par le diable.

– Le premier mot, artifice ou methodos nous montre que le diable « voyage » sur une seule route… et cette route nous conduit bien quelque part !? …Alors où donc ?

– Le deuxième mot utilisé dessein ou noemata, nous démontre clairement que la route du diable mène toujours à notre intelligence : celui qui possède le contrôle de l’intelligence, contrôle aussi les émotions et le corps de la personne !! Et le diable sait cela !! C’est bien pourquoi il cherche à pénétrer et investir notre intellect, notre intelligence, notre centre de contrôle mental de telle façon qu’il puisse le remplir de tromperie et de mensonges, car il est le père du mensonge. Une fois qu’il a pu pénétrer dans cette place forte de notre être, il a la capacité de manipuler les émotions et le corps des personnes.

Quand cette pénétration de notre intelligence est accomplie, et une fois que l’adversaire, Satan, a pavé la route dans l’intelligence de la personne, il a toute possibilité de la manipuler dans ses émotions et son corps.

Si ce processus diabolique n’a pas pu avorter par la Toute-Puissance de Dieu et par notre décision effective du renouvèlement de l’intelligence, il ne s’agit plus pour le diable que de laisser le temps accomplir son œuvre de destruction : un solide et fort joug de tromperie commencera à s’installer et dominer pour manipuler la personne et sa pensée concernant son image d’elle-même, son statut émotionnel ainsi que toute sa façon de penser.

Cela va nous conduire à étudier le troisième mot que nous devons comprendre quand nous parlons de la lutte spirituelle : c’est le mot tromperie que nous verrons dans le prochain article. La  » tromperie  » du diable

fleche4.gif

La  » tromperie  » du diable

Lui a été meurtrier dès le commencement, et il n’a pas persévéré dans la vérité,
car il n’y pas de vérité en lui.
Quand il profère le mensonge,
il parle de son propre fonds, car il est menteur, et le père du mensonge.
Jean 8, 44

La tromperie se produit quand une personne croit le mensonge que l’ennemi est en train de lui raconter.
Au moment où vous commencez à croire le mensonge que le diable est en train de vous dire, c’est le moment-même où ces pensées de méchanceté et ces conflits de pensées commencent à porter du mauvais fruit dans votre vie, le diable, par exemple, tente l’assaut de votre intellect en vous racontant de façon répétitive que vous êtes un accident, une erreur de parcours… Aussi longtemps que vous résistez à ces pensées, à ces affirmations, elles n’exerceront aucun pouvoir, aucune emprise sur votre vie.
Mais supposons que vous donniez crédit à ces mensonges, et que vous perceviez ces allégations comme étant vraies, ces mensonges vont bientôt avoir un impact sur vous : vous allez les tenir pour vrais, ces pensées vont commencer à imposer leur diktat sur vous : vos émotions et votre faculté de penser seront dominées par ce mensonge.
Ainsi, à la fin, vous croirez en toute bonne foi cette tromperie de l’ennemi comme une véritable réalité de votre vie. et… vous deviendrez un accident ! Vous deviendrez ce que vous croyez être ! C’est un mensonge et une complète tromperie.
Beaucoup de mariages sont détruits à cause des allégations que l’ennemi essaye de déposer (avec succès) dans l’intelligence des couples mariés. Aussi longtemps que ces allégations sont repoussées, elles n’ont aucun pouvoir sur ce couple. Cependant quand l’un des époux prend en compte ce genre de pensées mensongères, le premier pas fatal est franchi dans la direction de la tromperie.
Par exemple, alors que leur couple va bien, un conjoint commence à se poser des questions injustifiées et/ou pleines de suspicion à l’égard de son couple. Ceci est clairement le travail de l’ennemi afin de détériorer la confiance dans l’autre conjoint. Au début, le mari ou la femme savent que c’est un mensonge non fondé du diable ! Cependant, leur couple n’a jamais été parfait…

Et l’ennemi continue à susurrer à son intelligence :
 » Vraiment, ton conjoint n’est pas sympa avec toi…  »
Puis :  » Ton mariage bat de l’aile ! »
Ensuite :  » …écoute, ça ne peut plus durer ainsi !
Et aussi :  » Oh, c’est trop beau ! …pour être vrai ?? « 

En écoutant ces insinuations et en leur donnant du crédit, le cher Chrétien, tristement, ouvre la porte au diable qui persévère dans son attaque de l’intelligence et son emprise se fait de plus en plus prégnante, jusqu’à investir toutes ses émotions. Après une période de temps plus ou moins longue, si l’intellect, martelé et écrasé par le souci, commence à croire ces allégations mensongères, le fait même de croire en ces émotions trompeuses et ces suspicions va leur donner de la puissance et de la vie et elles vont devenir une réalité !!
Le croyant ouvre une porte grande-ouverte à l’ennemi qui s’empresse de pénétrer dans son intelligence, lorsqu’il accepte d’embrasser ces pensées et émotions de mensonges et de se poser de fausses questions. Le processus de confusion est mis en route et complet. Les conflits de pensées sont bien installés et en marche ! Et la perception des choses de la vie de ce croyant devient tordue, déviée et liée.

Si ce processus de séduction et de tromperie n’est pas arrêté net à ce moment-là, il est fort probable que l’intelligence épuisée et abattue de ce croyant va se mettre à croire ces mensonges « mentaux » et les considérer comme étant réellement la vérité !

Qu’est-ce qui résulte finalement de tout cela ?

– la fausse croyance que son mariage est une erreur
– la fausse croyance que son mariage est en train de se briser
– la fausse croyance que de toutes façons, son couple est atteint de maladie incurable
– la fausse croyance qu’ils n’ont aucun avenir ensemble…

Le croyant ouvre la porte au diable qui lui insuffle toutes ces suggestions. Il lui permet de prendre place dans son intelligence comme si c’était la vérité. Il est trompé et permet ainsi au diable de continuer son œuvre de destruction du couple ; ces mensonges – savamment distillés par l’ennemi – prennent vie dans la réalité naturelle où ils deviennent, en toute bonne foi, réalités visibles. Cette fausse perception donne de la puissance au mensonge et le diable utilise cette fausse croyance pour créer !!
Peut-être que l’ennemi vous a bombardé depuis des années, de pensées fausses concernant la maladie. Peut-être même que ces allégations mensongères ont tellement été assénées que vous êtes tombé gravement malade et que vous êtes proche de la mort.
Quand les premiers assauts ont été portés contre votre intelligence, vous avez résisté courageusement et vous avez refusé de croire ce que vous entendiez… Cependant… maintenant, vous commencez à vous poser quelques questions – à savoir : n’auraient-elles pas en quelque sorte une certaine validité ?! Si ce processus n’est pas immédiatement arrêté, il ne faudra pas bien longtemps avant que vous ne soyiez réellement gravement malade dans votre corps.
Ne donnez aucun crédit à ces mensonges et à ces insinuations !!

Comprenez que dès que vous acceptez ces conflits de pensées comme étant quelque chose de juste et de vrai, vous pliez sous les attaques de l’ennemi, vous vous courbez devant lui et vous permettez à ces mensonges de devenir réalité !!

Ainsi, si vous vous ne parlez pas à vous-même, si vous ne prenez pas en charge votre intelligence pour en avoir la maîtrise complète, le processus complet de tromperie travaillera en vous, dans votre vie jusqu’à ce que vous craignez devienne réalité. Quand ceci arrive, vous êtes complètement trompé et séduit.

CONCLUSION

Ainsi ces trois choses :

– l’artifice du diable
– le dessein du diable
– la tromperie du diable

sont extrêmement importantes à reconnaître et à comprendre, surtout quand nous désirons étudier la lutte spirituelle.


Récapitulons :

– l’artifice du diable methodos nous indique comment le diable opère par un seul chemin, toujours le même

– le dessein du diable noemata nous montre où ce chemin aboutit : notre intelligence qui devient le terrain de jeu privé de Satan. Une fois la route pavée pour arriver à notre intelligence, l’ennemi peut la rendre confuse par le biais des émotions alimentées par les fausses pensées qu’il injecte et que nous tenons comme vraies. Nos perceptions sont faussées et nos croyances le sont aussi.

– la tromperie prend place : nous acceptons ces fausses pensées et ces fausses perceptions comme étant vraies et en toute bonne foi, ce qui leurs permet d’advenir dans notre réalité quotidienne.

Nous sommes entièrement trompés et séduits…

fleche4.gif

à suivre…