7. Le Hévien

Le nom Hévien, nous renseigne,
comme nous l’avons mentionné dans le premier article de cette série
« Les Sept Esprits du Mal ». Il signifie villageois.
Si vous avez déjà lu l’article sur le Phérésien,
vous vous souviendrez que « phérésien » veut dire « qui appartient à un village »,
ce qui est très proche du sens de « hévien »…

Voici le Hévien, septième article d’une série de sept sur « Les Sept Esprits du Mal » que nous montre l’Écriture.

1. Quelle est la signification du nom ?
2. Trois niveaux de Grâce
3. La tendance de l’âme au plaisir efféminé
4. Les Laodicées d’aujourd’hui
5. Un mot sur l’Amérique latine
6. Tellement plus à dire !

Dans cet article, nous étudierons l’Esprit hévien parmi les différents esprits méchants. Il est important de comprendre comment chacun d’eux agit, afin de savoir les identifier et de pouvoir ensuite vérifier si nos cœurs sont infectés par l’un ou l’autre d’entre eux. Nous pourrons aussi, ensuite, les reconnaître chez les autres. Ces Esprits mauvais sont une réalité et font des ravages dans la vie des croyants et des incroyants. Aussi est-il important de reconnaître leur modus operandi. Des livres entiers pourraient être écrits sur chaque type d’Esprits méchants et nous ne pourrions pas encore en faire le tour dans un seul article. En conséquence, les articles de cette série sont un survol court de chaque type d’Esprit. Plus tard d’autres articles détailleront chacun d’eux. Chaque fois que nous nous référerons à un Hévien nous pourrons parler

– soit d’un Esprit hévien
– soit d’une personne infectée par ce type d’esprit mauvais.

« Les Sept Esprits du Mal »

 

Nous prendrons d’abord le temps d’en faire la liste : « Quand l’Éternel, ton Dieu, t’aura introduit dans le pays où tu entres pour le posséder, et qu’Il aura chassé de devant toi des nations nombreuses, le Héthien, et le Guirgasien, et l’Amorrhéen, et le Cananéen, et le Phérésien, et le Hévien, et le Jébusien, sept nations plus nombreuses et plus fortes que toi, et que l’Éternel, ton Dieu, les aura livrés devant toi, et que tu les auras frappés, tu les détruiras entièrement comme un anathème ; tu ne traiteras point alliance avec elles, et tu ne leur feras pas grâce. » Deutéronome 7, 1-2 Nous avons là les instructions de Dieu données au peuple d’Israël avant son entrée dans la Terre Promise. Cela signifie que chacun d’entre nous – tout comme l’église dans son ensemble, nous devons être capables de soumettre ces sept nations pour pouvoir entrer dans notre Héritage Spirituel ! Ces sept nations (ou peuples) sont :

Ces nations étaient de vrais peuples dans le passé. Elles représentent maintenant sept sortes d’ Esprits méchants, qui sont les contreparties mauvaises des Sept Esprits de Dieu.

Dieu voulant, nous étudierons aussi « Les Sept Esprits de Dieu » ultérieurement. Quand nous regardons la signification des noms de ces nations, nous commençons à entrer dans la compréhension des types qu’elles représentent.

NOM

SIGNIFICATION

EFFETS…

 HÉTHIEN

fils de la terreur

tourments subliminaux,  »voir note »[1] phobies, terreur, dépression, tromperie...

GUIRGASIEN

habitant de l’argile

centrage sur les choses terrestres, incrédulité…

AMORRHÉEN

montagnard, …renommé

obsession de la renommée terrestre et de la gloire, domination…

CANANÉEN

peuple de la plaine

dépendances (drogue, alcool… ) perversions, recherche exagérée de plaire…

PHÉRÉSIEN

appartenant à un village

vision limitée, paresse, faible estime de soi…

HÉVIEN

villageois

vision limitée à la jouissance d’un héritage terrestre, hédonisme…

JÉBUSIEN

batteur de céréales

suppression de l’autorité spirituelle chez les autres croyants, légalisme…

[1] Une « perception subliminale » est la perception d’un objet (image, message, publicité…) à la limite de sa reconnaissance par le sujet. Un « tourment subliminal » est donc un tourment dont on n’a pas vraiment conscience.

Dans cet article, nous étudierons l’Esprit hévien.


1. Quelle est la signification du nom ?

 

Le nom Hévien nous renseigne, comme nous l’avons mentionné dans le premier article de cette série « Les Sept Esprits du Mal ». Il signifie villageois. Si vous avez déjà lu l’article sur le Phérésien, vous vous souviendrez que « phérésien » veut dire qui appartient à un village, ce qui est très proche du sens de « hévien ».

Une grande partie de ce que nous avons dit sur les Phérésiens peut donc aussi s’appliquer aux Héviens. En tant que villageois, les Héviens, comme les Phérésien, ont une vision limitée de la vie. Cependant la différence se situe dans la manière dont ceux qui sont influencés par l’Esprit hévien limitent leur vie. Le mot « hévien » en hébreu est dérivé de chavvah, qui signifie vie ou vivant. En fait, chavvah est la version originale du nom « Ève ». C’est pourquoi le Seigneur déclare ceci dans la Genèse : « L’homme appela sa femme du nom d’Ève, parce qu’elle était la mère de tous les vivants. » Genèse 3, 20

Le mot « hévien » est lié au concept de vie en hébreu. Les Héviens n’envisagent donc pas la vie de la même manière que les Phérésiens. Ces derniers vivent avec des limites, dans la pauvreté et la dépréciation de soi… Les Héviens, au contraire, aiment mener la grande vie ! Le nom Ève se trouve seulement une autre fois dans l’Ancien Testament, et l’on peut en déduire une chose intéressante : « Et l’homme connut Ève sa femme ; et elle conçut, et enfanta Caïn ; et elle dit : J’ai acquis un homme avec l’Éternel. » Genèse 4, 1 Le nom Caïn signifie possession, c’est pourquoi Ève a dit : « J’ai acquis un homme avec l’Éternel. » Caïn évoque donc la possession d’un héritage remis par quelqu’un autre. Dans l’Esprit, nous en déduisons que les Héviens ont acquis un héritage qui leur donne la liberté de mener la grande vie. C’est pourquoi l’Esprit hévien prévaut chez les enfants de riches millionnaires. Bien sûr, cela ne signifie pas que tous les descendants de millionnaires sont des Héviens. Mais, s’ils ne font pas attention, ils peuvent facilement tomber sous l’influence d’Esprits héviens. Mais quel rapport entre tout cela et le fait d’être un villageois ? L’observation attentive des Héviens permet de répondre facilement.

Les Héviens limitent leur vision de la vie à une jouissance de la fortune et de la célébrité, construites par leurs parents ou par eux-mêmes. En raison de l’abondance et de la grâce qui les entourent, ils deviennent des individus dénués d’ambition : tout ce qu’ils veulent faire c’est voyager autour du monde et passer du bon temps !

– Ainsi l’Esprit hévien est très répandu chez les inactifs et retraités. Ceux-là sont enclins à croire qu’ils n’ont rien d’autre à faire dans la vie que de se détendre et jouir de leurs richesses accumulées : « Quelqu’un Lui dit du milieu de la foule :,« Maître, dis à mon frère de partager avec moi l’héritage. »,Mais Il lui dit : Homme, qui est-ce qui M’a établi sur vous pour être votre juge et pour faire vos partages ?,Et Il leur dit : Voyez, et gardez-vous de toute avarice ; car encore que quelqu’un soit riche, sa vie n’est pas dans ses biens. Et Il leur dit une parabole, disant :;Les champs d’un homme riche avaient beaucoup rapporté ; et il raisonnait en lui-même, disant : Que ferai-je, car je n’ai pas où je puisse assembler mes fruits ?;Et il dit : Voici ce que je ferai, j’abattrai mes greniers et j’en bâtirai de plus grands, et j’y assemblerai tous mes produits et mes biens ; je dirai à mon âme : Mon âme, tu as beaucoup de biens assemblés pour beaucoup d’années ; repose-toi, mange, bois, fais grande chère ! Mais Dieu lui dit : Insensé ! cette nuit même ton âme te sera redemandée ; et ces choses que tu as préparées, à qui seront-elles ?bIl en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche quant à Dieu. »Luc 12, 13-21

– Les versets 13 et 15 mentionnent l’héritage et les biens. Cela nous ramène à ce que nous avons dit sur Ève et Caïn, et donc à l’Esprit hévien. Cependant, l’homme riche de Luc 12, 13-21 était travailleur et avait tiré profit de la terre fertile qu’il possédait. Il n’était pas paresseux comme cet autre : « J’ai passé près du champ de l’homme paresseux et près de la vigne de l’homme dépourvu de sens, et voici, tout y était monté en chardons, les orties en avaient couvert la surface, et sa clôture de pierres était démolie. Et je regardai, j’y appliquai mon cœur ; je vis, et je reçus instruction. – Un peu de sommeil, – un peu d’assoupissement, – un peu croiser les mains pour dormir… et ta pauvreté viendra comme un voyageur, et ton dénuement comme un homme armé. »Proverbes 24, 30-34

– L’homme riche de Luc 12, 13-21 était donc un bourreau de travail guirgasien motivé par la convoitise ou l’avarice… Il désirait accumuler suffisamment de richesses pour prendre une retraite hévienne : manger, boire et faire grande chère ! Luc 12, 19. Le Seigneur Jésus conclut la parabole en déclarant, au verset 21, que quiconque amasse des trésors pour lui-même n’est pas riche aux yeux de Dieu !

Cela révèle un autre trait des Héviens : l’égocentrisme. Les Héviens s’abusent eux-mêmes : pour eux la grâce abondante qui les entoure est la preuve que l’univers existe pour les servir, et non le contraire. Si vous lisez notre article sur « Les croyants de la porte large », vous verrez que le roi Ézéchias est mort en Hévien.

2. Trois niveaux de Grâce

  • 1. L’ Égypte

C’est un niveau de base auquel tous les êtres humains ont accès – qu’ils croient en Dieu ou non. Matthieu 5, 45 Tout être humain est doté d’une grâce naturelle et de capacités auxquelles il a accès durant sa vie, même s’il ne naît jamais de nouveau.

  • 2. Le Désert

Les croyants héviens aiment s’enivrer de la Grâce et des Bénédictions qui les entourent. C’est le deuxième niveau. Ils oublient qu’ils sont appelés à vivre une vie de sacrifice, altruiste. Les croyants héviens font de Dieu leur « Serveur personnel ». Ils Le changent en un Dieu qui est là pour satisfaire tout désir de leur cœur d’enfant gâté : « D’où viennent les guerres, et d’où les batailles parmi vous ? N’est-ce pas de cela, de vos voluptés qui combattent dans vos membres ? – Vous convoitez, et vous n’avez pas ; – vous tuez et vous avez d’ardents désirs et vous ne pouvez obtenir, – vous contestez et vous faites la guerre ; – vous n’avez pas, parce que vous ne demandez pas ; – vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, afin de le dépenser pour vos voluptés. Adultères, ne savez-vous pas que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu ? Quiconque donc voudra être ami du monde, se constitue ennemi de Dieu. Ou pensez-vous que l’Écriture parle en vain ? L’Esprit qui demeure en nous, désire-t-Il avec envie ? Mais Il donne une plus grande grâce. C’est pourquoi Il dit :« Dieu résiste aux orgueilleux, mais Il donne la grâce aux humbles ! » – Soumettez-vous donc à Dieu !,– Résistez au diable, et il s’enfuira de vous… – Approchez-vous de Dieu, et Il s’approchera de vous ! – Nettoyez vos mains, pécheurs, et purifiez vos cœurs, vous qui êtes doubles de cœur. – Sentez vos misères, et menez deuil et pleurez. – Que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse… – Humiliez-vous devant le Seigneur, et Il vous élèvera. » Jacques 4, 1-10

Les Héviens errent dans la vie, sans but, exactement comme les Israélites le firent au désert. Les Israélites – qui provoquèrent le courroux de Dieu et périrent dans le désert – ne manquèrent jamais de provisions matérielles Deutéronome 29, 4. Mais cela ne veut pas dire que Dieu les approuvait : « Car je ne veux pas que vous ignoriez, frères, – que nos pères ont tous été sous la nuée, et que tous ils ont passé à travers la mer, – et que tous ils ont été baptisés pour Moïse dans la nuée et dans la mer, – et que tous ils ont mangé la même viande spirituelle, – et que tous ils ont bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient d’un rocher spirituel qui les suivait, et le rocher était le Christ. Mais Dieu n’a point pris plaisir en la plupart d’entre eux, car ils tombèrent dans le désert. Or ces choses arrivèrent comme types de ce qui nous concerne, afin que nous ne convoitions pas des choses mauvaises, comme ceux-là aussi ont convoité. Ne soyez pas non plus idolâtres, comme quelques-uns d’entre eux, ainsi qu’il est écrit  »Le peuple s’assit pour manger et pour boire, et ils se levèrent pour jouer. » » 1 Corinthiens 10, 1-7 « Mortifiez donc vos membres qui sont sur la terre, – la fornication, – l’impureté, – les affections déréglées, – la mauvaise convoitise, – et la cupidité, qui est de l’idolâtrie ; à cause desquelles la colère de Dieu vient sur les fils de la désobéissance… » Colossiens 3, 5-6  Remarquez comment sont liés ces deux versets par la référence à l’idolâtrie : le verset 7 de la première citation : « Ne soyez pas non plus idolâtres, comme quelques-uns d’entre eux, ainsi qu’il est écrit :  »Le peuple s’assit pour manger et pour boire, et ils se levèrent pour jouer » » et le verset 5 de la deuxième : « Mortifiez donc vos membres qui sont sur la terre, la fornication, l’impureté, les affections déréglées, la mauvaise convoitise, et la cupidité, qui est de l’idolâtrie. » Ce passage se rapporte aux Esprits guirgasiens et héviens par les mots terre et convoitise, comme nous venons de le voir en Luc 12, 13-21. Les Israélites qui périrent dans le désert reçurent la Grâce qui dispense les Bénédictions naturelles. Ceux qui recherchent les choses terrestres reçoivent la Grâce qui dispense des bénédictions naturelles, mais rien de plus !

  • 3. La Terre Promise

Le troisième niveau : Une plénitude de Grâce est donnée aux humbles, c’est-à-dire, à ceux qui se soumettent à la Volonté parfaite de Dieu, verset 7 , et qui désirent s’approcher de Lui verset 8. Ils acceptent de se soumettre – même si le prix à payer est la mort à soi-même, afin de voir Sa Face ! –  »1 Timothée 6, 16′‘ ; – Exode 33, 20 ; – Genèse 32, 26-31  Ceux qui le font, reçoivent alors cette Grâce et cette Autorité pour abattre les forteresses spirituelles, pour manifester la Gloire et la Puissance de Dieu sur la Terre, à un niveau que les croyants héviens et guirgasiens n’atteindront jamais ! En ces derniers jours, Dieu fera lever cette Église puissante de Croyants consacrés qui s’emparera de la Terre comme la tempête ! Ils feront advenir la Présence de Dieu et Ses Jugements paraîtront comme cela ne s’est jamais fait dans l’Histoire humaine. Ceux qui traversèrent le Jourdain avec Josué et conquirent la Terre Promise reçurent la Grâce à un niveau plus élevé, ainsi que l’Autorité pour abattre les forteresses spirituelles et manifester la Gloire, la Puissance de Dieu sur la Terre.

Quel sorte d’Israélite spirituel voulez-vous être ? Quelle Grâce recherchez-vous ?

En résumé, voici les trois niveaux de Grâce :

Niveau Type S’applique à… Dispense…
ÉGYPTE
naturel
tous les êtres humains
Bénédictions et dons naturels
DÉSERT
surnaturel
tous les croyants, même les égocentriques,
qui se servent de la Grâce divine
comme un moyen personnel de satisfaction de leur besoin
Bénédictions et dons
qui manifestent
la Miséricorde de Dieu
TERRE
PROMISE
surnaturel
exclusivement les croyants vivant une vie “répandue”,
prêts à endurer la souffrance jusqu’à la mort
– afin que la Volonté de Dieu soit accomplie sur terre
Bénédictions et Dons surnaturels
(détruisant les royaumes spirituels
et manifestant la Gloire et la Justice de Dieu)

3. La tendance de l’âme au plaisir efféminé

 

L’Ancien Testament s’achève sur une Parole prophétique bien connue : « Souvenez-vous de la loi de Moïse, Mon serviteur, que Je lui commandai en Horeb pour tout Israël, – des statuts et des ordonnances. Voici, Je vous envoie Élie, le prophète, avant que vienne le grand et terrible jour de l’Éternel. Et il fera retourner le cœur des pères vers les fils, et le cœur des fils vers leurs pères, de peur que Je ne vienne et ne frappe le pays de malédiction. » Malachie 4, 4-6 En Matthieu 11, le Seigneur déclare ceci au sujet de l’Esprit d’Élie : « Comme ils s’en allaient, Jésus se mit à dire de Jean aux foules : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ? Mais qu’êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu de vêtements précieux ? Voici, ceux qui portent des choses précieuses sont dans les maisons des rois ! Mais qu’êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, vous dis-Je, et plus qu’un prophète ! Car c’est ici celui dont il est écrit : « Voici, Moi J’envoie Mon messager devant ta face, lequel préparera ton chemin devant toi. » En vérité, Je vous dis, parmi ceux qui sont nés de femme, il n’en a été suscité aucun de plus grand que Jean le baptiseur ; mais le moindre dans le Royaume des cieux est plus grand que lui ! Mais, depuis les jours de Jean le baptiseur jusqu’à maintenant, le Royaume des cieux est pris par violence, et les violents le ravissent. Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean.Et si vous voulez recevoir ce que Je vous dis, celui-ci est Élie qui doit venir. Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende. » » Matthieu 11, 7-15

L’Esprit d’Élie a été envoyé afin de préparer le Chemin pour la Manifestation du Christ lors de Sa Première Venue. Il revient de la même façon préparer le Chemin pour la Manifestation du Christ lors de Sa Deuxième Venue, par Son Église. L’Esprit d’Élie viendra avec un Message « droitier » de Vérité, de Justice et de Jugement. Malachie 4, 4 Ceux qui sont prêts à endurer l’inconfort du Désert pour entendre Élie, l’entendront ! Matthieu 11, 7 Car endurer l’inconfort du Désert symbolise le fait de s’exposer aux Jugements de Dieu. Deutéronome 8, 2 Matthieu 11, 7 déclare aussi qu’Élie ne viendra pas comme un roseau agité par le vent. Le mot « roseau » utilisé ici vient du mot grec kalamos, traduit aussi par bâton ou calame. [1] Il évoque donc l’écriture des Lois de Dieu. Le mot « vent » vient du grec anemos, d’où dérive le mot animal. Les animaux sont des âmes, sans esprit, alors « vent » en Matthieu 11, 7 évoque des courants, des tendances de pensée et d’action, conduits par l’âme, non par l’esprit. Un roseau agité par le vent désigne donc des personnes qui récrivent les Lois de Dieu pour les faire correspondre aux modes et aux tendances de l’âme de leur époque. En d’autres termes, elles adaptent l’Évangile afin de le rendre agréable aux auditeurs et non à Dieu ! Ce sont les « Aaron des temps modernes ».

L’Esprit d’Élie viendra défier ces Aaron, conduits par l’Esprit cananéen.  Matthieu 11, 7 » déclare aussi qu’Élie ne viendra pas comme un homme vêtu de vêtements précieux. Le mot précieux employé ici vient du grec malakos, qui signifie aussi efféminé (d’ailleurs traduit ainsi en 1 Corinthiens 6, 9). Nous l’avons vu dans d’autres articles, l’esprit dans l’Écriture est en général représenté par l’homme, tandis que l’âme a une connotation féminine.

Les hommes vêtus de vêtements efféminés représentent

donc les Ministères d’aujourd’hui.

En effet, ils prétendent parler dans l’Esprit, mais en fait ils s’expriment par leur âme, motivés seulement par ce que les autres ont envie d’entendre. Ceux qui ont déjà porté des vêtements précieux savent que ceux-ci procurent une sensation de plaisir. Alors l’expression « vêtu de vêtements précieux » fait aussi référence à des gens enclins à rechercher le plaisir et le confort, dont le principal but est de jouir des plaisirs de la vie. Nous l’avons vu au début de cet article, cette approche hédoniste de la vie est dispensée par l’Esprit hévien.

Les Héviens recherchent seulement ce qui est précieux, doux, confortable, apaisant…

 à cause de ce désir de satisfaction et de plaisir.

Cette tendance efféminée les rend inutiles sur le champ de bataille spirituel.

Pour être un bon soldat, il faut être prêt à souffrir, à endurer les difficultés, à traverser de longues périodes de privation matérielle, de solitude… Dieu veut lever une Armée de soldats oints par l’Esprit d’Élie ! Des croyants qui, comme Jean-Baptiste, ne craignent pas – de vivre dans l’inconfort du désert – de manger des sauterelles et du miel – au lieu de caviar et de filet mignon… – et de s’habiller de vêtements en poils de chameau… Matthieu 3, 1-6

Si vous autorisez l’Esprit hévien à contaminer votre âme, l’Esprit d’Élie ne sera pas sur vous ! Vous ne ferez pas partie de l’Armée que Dieu veut lever en ces derniers temps ! Au lieu d’y combattre, vous serez jugés par l’Armée que vous avez fuie. Joël 2, 1-11 Ne soyez pas quelqu’un de précieux, combattez le bon Combat : « Prends ta part des souffrances comme un bon soldat de Jésus Christ ! Nul homme qui va à la guerre ne s’embarrasse dans les affaires de la vie, afin qu’il plaise à celui qui l’a enrôlé pour la guerre. De même si quelqu’un combat dans la lice, il n’est pas couronné s’il n’a pas combattu selon les lois. Il faut que le laboureur travaille premièrement, pour qu’il jouisse des fruits. Considère ce que je dis ; car le Seigneur te donnera de l’intelligence en toutes choses. » 2 Timothée 2, 3-7 Être soldat ne veut pas dire que tous les plaisirs et les bénédictions ne sont pas bons ! Le passage ci-dessus déclare que ceux qui labourent ont le droit d’être les premiers à jouir des fruits. Il n’y a rien de plus merveilleux que de vivre une vie en Christ ! C’est une vie pleine de sens. Ce qui lui donne ce sens, c’est l’acceptation de la souffrance et du prix à payer, afin que la Volonté et les Objectifs de Dieu s’établissent sur la Terre. Seuls les athlètes qui acceptent de faire des sacrifices parviennent au sommet ! Comme le dit le vieux dicton : « On n’a rien sans rien ! » Acceptez de vivre pour Dieu et de Lui obéir, même sans récompense temporelle ! Que votre récompense soit Dieu Lui-même ! Je vous assure qu’Il vous bénira aussi par des récompenses temporelles. Non seulement elles vous béniront dans cette vie, mais elles produiront des Bénédictions éternelles qui ne passeront pas.Ce sont les fruits auxquels il est fait référence au verset 6 ci-dessus. Mon ami, ne vous laissez pas submerger par la tendance de l’âme dans sa recherche du plaisir efféminé !

 

4. Les Laodicées d’aujourd’hui

 

Les Héviens s’abusent en croyant qu’ils sont riches aux yeux de Dieu. Le Seigneur nous le dit en  »Luc 12, 21′‘ ci-dessus.

L’Église de Laodicée dans le livre de l’Apocalypse était donc infestée d’ Esprits héviens : « À l’ange de l’assemblée qui est à Laodicée, écris : Voici ce que dit l’Amen, le Témoin fidèle et véritable, le Commencement de la création de Dieu ! « Je connais tes œuvres, – que tu n’es ni froid ni bouillant. Je voudrais que tu fusses ou froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant, Je vais te vomir de Ma Bouche, parce que tu dis : « Je suis riche, et je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien » ; et que tu ne connais pas que, toi, tu es – le malheureux – et le misérable, – et pauvre, – et aveugle, – et nu. Je te conseille d’acheter de Moi – de l’Or passé au feu – afin que tu deviennes riche, – et des vêtements blancs – afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, – et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies ! Moi, Je reprends et Je châtie tous ceux que J’aime ; aie donc du zèle et repens-toi ! » Apocalypse 3, 14-19 Nous le verrons dans les futurs articles sur les Sept Esprits de Dieu, c’est l’Esprit de Prospérité qui est associé à l’Église de Laodicée. Au verset 18 ci-dessus, « l’Esprit de Prospérité de Dieu » dit à Laodicée d’acheter de l’or passé au feu afin de devenir riche. Pour être spirituellement sincère, nous devons admettre que riche fait ici référence à des Richesses spirituelles. En effet, Dieu condamne d’abord l’église de Laodicée parce qu’elle dit être riche alors qu’elle est pauvre ! Comprenez-moi bien : je ne dis pas que les richesses matérielles sont mauvaises en elles-mêmes. Non, et je crois vraiment que Dieu a appelé de nombreuses personnes dans le Corps de Christ à vivre dans une grande prospérité matérielle. Cependant, penser que le niveau de foi d’un croyant se mesure au nombre de chiffres de son compte en banque est directement en contradiction avec l’Écriture !Croyez-moi, si je dois choisir entre ce que dit un prédicateur et la Bible, la Parole l’emportera toujours ! Peu importe à quel point ce pasteur est célèbre, renommé, respecté ou prospère…

Les Héviens insinuent que la foi et la souffrance n’étaient associées que dans l’Ancien Testament !

De nombreux prédicateurs, y compris ceux qui prêchent beaucoup sur la prospérité, insistent sur les premiers versets d’ Hébreux 11, ce célèbre chapitre sur la Foi. Néanmoins, ils laissent de côté la dernière partie, car elle va à l’encontre de ce qu’ils prêchent : « Que dirai-je davantage ? Car le temps me manquera si je discours de Gédéon, de Barac et de Samson et de Jephté, de David et de Samuel et des prophètes, qui, par la foi – subjuguèrent des royaumes, – accomplirent la justice, – obtinrent les choses promises, – fermèrent la gueule des lions, – éteignirent la force du feu, – échappèrent au tranchant de l’épée, – de faibles qu’ils étaient furent rendus vigoureux, – devinrent forts dans la bataille, – firent ployer les armées des étrangers.Les femmes reçurent leurs morts par la résurrection ! – et d’autres furent torturés, n’acceptant pas la délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ; – et d’autres furent éprouvés par des moqueries et par des coups, et encore par des liens et par la prison ; – ils furent lapidés, sciés, tentés ; – ils moururent égorgés par l’épée ; – ils errèrent ça et là, – vêtus de peaux de brebis, de peaux de chèvres, – dans le besoin, – affligés, – maltraités, (desquels le monde n’était pas digne), – errant dans les déserts et les montagnes, et les cavernes et les trous de la terre. Et tous ceux-ci, ayant reçu témoignage par la Foi, n’ont pas reçu ce qui avait été promis, Dieu ayant eu en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas à la perfection sans nous. » Hébreux 11, 32-40 Ce passage parle de croyants fidèles qui ont souffert, été tués, erré dans le besoin et affligés. verset 37

N’est-ce pas la preuve que Dieu ne nous a pas commandé de marcher par la foi afin d’obtenir la satisfaction et la richesse terrestres ? N’est-ce pas la preuve que l’on peut être dans la Volonté parfaite de Dieu et quand même souffrir ? Quelques prédicateurs de la prospérité, au cœur dur, mais intelligents, se disent peut-être : « Le pauvre auteur de cet article n’a pas remarqué le verset 40, où Dieu dit qu’Il a en vue quelque chose de meilleur pour nous que ce que ces pauvres hommes ont souffert… » Ils insinuent ainsi que la Foi et la Souffrance n’étaient associées que dans l’Ancien Testament ! Je les encourage à lire le chapitre 12 des Hébreux, qui fait suite au passage cité plus haut : Dieu nous y appelle à courir avec patience la Course, et à être encouragés par les souffrances de l’Oint – Jésus – afin de ne pas défaillir dans nos propres souffrances. Paul nous présente ensuite un Dieu qui nous fait souffrir, pour nous discipliner et nous faire grandir en Lui… Puis il nous dit de ne pas tomber dans l’amertume quand Dieu nous discipline – c’est-à-dire exerce Ses Jugements sur nous – de peur que nous ne devenions comme Edom (Esaü), qui a abandonné son Héritage spirituel pour une satisfaction temporaire : « Veillant – de peur que quelqu’un ne manque de la grâce de Dieu ; – de peur que quelque racine d’amertume, bourgeonnant en haut, ne vous trouble, et que par elle plusieurs ne soient souillés ; – de peur qu’il n’y ait quelque fornicateur, ou profane comme Esaü, qui pour un seul mets vendit son droit de premier-né ; car vous savez que, aussi, plus tard, désirant hériter de la bénédiction, il fut rejeté, (car il ne trouva pas lieu à la repentance), quoiqu’il l’eût recherchée avec larmes. » Hébreux 12, 15-17 Malgré toutes les preuves ci-dessus, quelqu’un pourrait encore dire : « Regardez : le droit d’aînesse et la bénédiction dans ce passage font référence à la prospérité matérielle ! » Je répondrais sans hésitation : « Sûrement pas ! » Pourquoi ? Parce que Jacob n’a jamais eu l’impression d’être béni jusqu’à cette fameuse nuit où il a lutté avec l’Ange du Seigneur jusqu’à l’aube : « Jacob resta seul ; et un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. Et lorsqu’il vit qu’il ne prévalait pas sur lui, il toucha l’emboîture de sa hanche ; et l’emboîture de la hanche de Jacob fut luxée, comme il luttait avec lui. Et il dit : « Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. » Et il dit : « Je ne te laisserai point aller sans que tu m’aies béni ! » Et il lui dit : « Quel est ton nom ? » Et il dit : « Jacob ! » Et il dit : « Ton nom ne sera plus appelé Jacob, mais Israël ! Car tu as lutté avec Dieu et avec les hommes, et tu as prévalu… » Et Jacob demanda, et dit : « Je te prie, déclare-moi ton Nom. » Et il dit : « Pourquoi demandes-tu mon Nom ? » Et Il le bénit là. Et Jacob appela le nom du lieu Peniel : « Car j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été délivrée. » Et le soleil se levait sur lui comme il passait Peniel ; et il boitait sur sa cuisse.C’est pourquoi, jusqu’à ce jour, les fils d’Israël ne mangent point du tendon qui est sur l’emboîture de la hanche ; car il toucha l’emboîture de la hanche de Jacob sur le tendon. » Genèse 32, 24-32 Si vous lisez le début de Genèse 32, 24-32, vous verrez qu’au moment de cette lutte, Jacob était déjà un homme très riche… mais il savait qu’il n’avait pas encore reçu cette Bénédiction qu’il recherchait. Sinon pourquoi aurait-il demandé à Dieu de le bénir au verset 26 ?Nous remarquons aussi qu’avec cette Bénédiction est venu un affaiblissement. Jacob est sorti boiteux de ce Combat, même s’il a été béni spirituellement en cette Aube-là.C’est un signe du Jugement spirituel que Dieu a exécuté sur lui pour avoir été un homme si plein de ressources, si confiant en lui-même, toute sa vie durant. C’est pourquoi Hébreux 12, 13 emploie le mot « boiteux ».Pour ceux qui seraient encore convaincus qu’une personne a une Foi défaillante si elle n’est pas riche, considérez les versets suivants : « Je connais ta tribulation, et ta pauvreté (mais tu es riche), et l’outrage de ceux qui se disent être Juifs ; et ils ne le sont pas, mais ils sont la synagogue de Satan. » Apocalypse 2, 9« Je sais être abaissé, je sais aussi être dans l’abondance ; en toutes choses et à tous égards, je suis enseigné aussi bien à être rassasié qu’à avoir faim, aussi bien à être dans l’abondance qu’à être dans les privations. Je puis toutes choses en Celui qui me fortifie. Néanmoins vous avez bien fait de prendre part à mon affliction. » Philippiens 4, 12-14 « Car je pense que Dieu nous a produits les derniers sur la scène, nous les apôtres, comme des gens voués à la mort ; car nous avons été faits un spectacle pour le monde, et pour les anges et pour les hommes. Nous, nous sommes fous pour l’amour de Christ, mais vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles, mais vous forts ; vous en honneur, mais nous dans le mépris. Jusqu’à cette heure – nous souffrons et la faim et la soif, – et nous sommes nus, – et nous sommes souffletés, – et nous sommes sans demeure fixe, – et nous prenons de la peine, – travaillant de nos propres mains ; – injuriés, nous bénissons ; – persécutés, nous le supportons ; – calomniés, nous supplions, – nous sommes devenus comme les balayures du monde et le rebut de tous jusqu’à maintenant. » 1 Corinthiens 4, 9-13 D’après tout cela, apparaît-il que la foi et la souffrance ne sont liées que dans l’Ancien Testament ? Semble-t-il que Dieu nous appelle à une vie agréable de retraite hévienne, où nous n’aurions qu’à recevoir Ses bénédictions matérielles et attendre l’Enlèvement ? S’il en était ainsi, ceux d’entre nous qui aspirent à vivre une vie de Foi et d’Obéissance – et à payer le prix pour voir la Volonté de Dieu s’accomplir dans nos vies et celles des autres – seraient de fieffés imbéciles !! « Pourquoi aussi nous, bravons-nous le péril à toute heure ? Par votre confiance que j’ai dans le Christ Jésus notre Seigneur, je meurs chaque jour. Si, pour parler à la manière des hommes, j’ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel profit en ai-je si les morts ne ressuscitent pas ? « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons. » Ne soyez pas séduits : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. Réveillez-vous pour vivre justement, et ne péchez pas ; car quelques-uns sont dans l’ignorance de Dieu, je vous le dis à votre honte. » 1 Corinthiens 15, 30-34

Les « Laodicée » d’aujourd’hui sont les communautés où l’on met tant l’accent sur la grâce et la prospérité

que l’on ignore la Parole de Vérité, de Justice et de Jugement.

Or, nous l’avons vu dans un précédent article : « l’Évangile de la Grâce sans la Vérité », un évangile gaucher, attire l’Esprit héthien. Celui-ci conduit les gens à vivre une existence biologique, sans aucune perception de l’objectif prophétique, sans volonté de payer le prix spirituel afin que la Gloire de Dieu soit manifestée chez les autres. Je crois que, tout comme moi, Dieu a les larmes aux yeux de voir tant de frères et sœurs, avec un si grand Appel et de tels Dons, jeter leur Héritage Spirituel pour une vie de satisfaction naturelle, d’errance sans but, telle celle des Israélites dans le désert… Les Esprits héthien et hévien sont attirés quand on prêche dans une communauté un évangile qui met l’accent sur la prospérité matérielle. Cela finit par changer la communauté en église de Laodicée spirituelle, qui mérite les paroles dures que Dieu prononce contre cette église en Apocalypse 3, 14-19. Il y a des églises de Laodicée modernes dans le monde entier. Cependant, la région qui mérite le plus ce titre est l’Amérique latine…

5. Un mot sur l’Amérique latine

Dieu a abondamment béni l’Amérique latine dans les domaines économique, politique et spirituel, et le pourcentage de croyants chrétiens s’est visiblement accru ces dernières décennies. Malheureusement, l’Amérique latine est maintenant infestée de pasteurs qui prêchent un message hévien et héthien mettant l’accent seulement sur la Grâce et les Bénédictions. Le réveil de l’Amérique latine est un triste exemple de la manière dont les croyants peuvent oublier le Dispensateur de Justice et se centrer sur les dons agréables. En Amérique latine, les pasteurs prêchent le message suivant : « Si vous devenez chrétien, vous serez prospère, votre famille sera heureuse et vous ne souffrirez ni ne serez malades. Et si vous êtes malades, nous, les ministères puissants et glorieux, nous avons été envoyés par Dieu pour vous soulager de vos souffrances. »

Ils font cela pour attirer à l’évangile le plus de monde possible. Les pasteurs latino-américains sont dévorés par le but de construire de grands temples et d’avoir de larges communautés, au lieu d’être consumés par le désir de voir la manifestation de la Gloire de Dieu à travers Son Peuple ! Ils veulent voir des miracles – et ils les voient. Ils veulent ressentir une présence spirituelle – et ils la ressentent ! Mais ils veulent, malgré tout, garder le contrôle, sans autoriser les petits croyants à manifester tout le potentiel qu’ils ont en eux ! Ils essaient de porter l’Arche de l’Alliance sur un chariot neuf 2 Samuel 6, 3, et ils utilisent tous les nouveaux outils et techniques d’évangélisation qui sont en vogue. Mais ils refusent que l’Arche soit portée sur les épaules des sacrificateurs 1 Chroniques 15, 1 et 15 ; Joël 2, 12-17, parce que cela signifierait que l’homme – c’est-à-dire les pasteurs – n’aurait plus le contrôle de ce qui peut se passer ! Ils veulent que la Gloire de Dieu vienne, tant qu’ils peuvent eux-aussi briller avec cette gloire…

Cependant, ils ont fait taire les prophètes et refusent d’entendre la Voix de Dieu, dont le Désir est de faire lever un peuple puissant, et non pas des pasteurs puissants : « Il me dit : Prophétise au souffle, prophétise, fils d’homme, et dis au souffle : Ainsi dit le Seigneur, l’Éternel ! Esprit, viens des quatre vents, et souffle sur ces tués, et qu’ils vivent ! Et je prophétisai selon qu’Il m’avait commandé ; et le souffle entra en eux, et ils vécurent, et se tinrent sur leurs pieds – une immense armée. Et Il me dit : Fils d’homme, ces os sont toute la maison d’Israël. Voici, ils disent :  »Nos os sont desséchés, et notre attente a péri ; nous sommes retranchés ! » C’est pourquoi prophétise, et dis-leur : « Ainsi dit le Seigneur, l’Éternel ! Voici, J’ouvrirai vos sépulcres, et Je vous ferai monter hors de vos sépulcres, Mon peuple, et Je vous amènerai dans la terre d’Israël. Et vous saurez que Je suis l’Éternel, quand J’aurai ouvert vos sépulcres, et que Je vous aurai fait monter hors de vos sépulcres, Mon peuple. Et Je mettrai Mon Esprit en vous, et vous vivrez, et Je vous placerai sur votre terre ; et vous saurez que c’est Moi, l’Éternel, qui ai parlé et qui l’ai fait, dit l’Éternel. » Ézéchiel 37, 9-14 « Jésus, les ayant appelés auprès de Lui, dit :Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles, et que les grands usent d’autorité sur elles. Il n’en sera pas ainsi parmi vous ; mais quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur ; et quiconque voudra être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave ; de même que le Fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et pour donner Sa vie en rançon pour plusieurs. » Matthieu 20, 25-28 Non seulement les pasteurs ont dévié de l’objectif de Dieu en Amérique latine, mais les croyants aussi y sont en général à l’aise avec l’évangile d’orientation hévienne qu’ils entendent. Ils se réjouissent à l’idée de déléguer la responsabilité de la croissance spirituelle à leurs ministères, parce que cela les libère pour poursuivre leurs quêtes guirgasienne et hévienne ! Dans toutes les églises d’Amérique latine, les Jébusiens frappent au visage les quelques vrais prophètes, les forçant à une soumission à l’homme qui renie ce que Dieu a dit à leur cœur : « Pierre Lui dit : Seigneur, dis-Tu cette parabole pour nous, ou aussi pour tous ? Et le Seigneur dit : « Qui donc est l’économe fidèle et prudent que le maître établira sur les domestiques de sa maison, pour leur donner au temps convenable leur ration de blé ? Bienheureux est cet esclave-là, que son maître lorsqu’il viendra, trouvera faisant ainsi. En vérité, Je vous dis qu’il l’établira sur tous ses biens. Mais si cet esclave-là dit en son cœur : Mon maître tarde à venir, et qu’il se mette à battre les serviteurs et les servantes, et à manger et à boire et à s’enivrer, le maître de cet esclave-là viendra en un jour qu’il n’attend pas, et à une heure qu’il ne sait pas, et il le coupera en deux, et lui donnera sa part avec les infidèles.Or cet esclave qui a connu la volonté de son maître, et qui ne s’est pas préparé et n’a point fait selon sa volonté, sera battu de plusieurs coups ; celui qui ne l’a point connue, et qui a fait des choses qui méritent des coups, sera battu de peu de coups, car à quiconque il aura été beaucoup donné, il sera beaucoup redemandé ; et à celui à qui il aura été beaucoup confié, il sera plus redemandé. Je suis venu jeter le feu sur la terre ; et que veux-Je, si déjà il est allumé ? » Luc 12, 41-49 Dieu a donné un manteau spirituel à l’Amérique latine, un appel à être la base stratégique depuis laquelle Il lancerait un Réveil des derniers jours qui ébranlerait le monde !

Le 29 juin 2003, cependant, ce manteau spirituel a été déchiré et arraché à l’Amérique latine, de la même façon que le royaume d’Israël a été arraché à Saül 1 Samuel 15, 27-28. Ce manteau a été redonné aux États-Unis et à l’Europe, malgré toutes leurs fautes – Matthieu 21, 43 ;- Matthieu 22, 1-10. Durant les dix prochaines années vous verrez comment le mouvement évangélique en Amérique latine va entrer dans un état de stagnation et de décadence, jusqu’à ce que cela devienne évident pour le monde entier qu’il y avait quelque chose de faux dans ce réveil. La Laodicée moderne a été vomie de la bouche de Dieu Apocalypse 3, 16, parce qu’elle a préféré s’enivrer de Grâce “hévienne” et rejeter l’objectif prophétique de Dieu. Car cela demandait un prix que ses membres n’étaient pas prêts à payer dans leur cœur… Ils ont préféré l’évangile au Baume de Galaad, qui apaise et réconforte, et ils ont décidé d’oublier l’épée de Justice et de Jugement qui apporte la vraie Guérison et la Restauration. – Ésaïe 1, 27 ; – Ésaïe 33, 22-24Le Seigneur a donc envoyé un Esprit héthien de tromperie pour s’assurer que l’Amérique latine et toutes les Laodicée modernes s’enivrent de Grâce gauchère, et pour qu’ils se sentent convaincus que Dieu est avec eux. Mais ils réaliseront soudain que tout ne marche pas comme sur des roulettes – contrairement à ce qu’ils croyaient : « …tu leur diras : Ainsi dit l’Éternel des Armées, le Dieu d’Israël : Buvez et soyez ivres, et vomissez, et tombez, et vous ne vous relèverez pas devant l’Épée que J’envoie parmi vous. Et il arrivera que, s’ils refusent de prendre la coupe de ta main pour boire, alors tu leur diras : Ainsi dit l’Éternel des Armées : Certainement, vous en boirez ! Car voici, par la ville qui est appelée de Mon Nom, Je commence à faire du mal, et vous, vous resteriez entièrement impunis ? Vous ne resterez pas impunis ; car J’appelle l’Épée sur tous les habitants de la terre, dit l’Éternel des Armées. » Jérémie 25, 27-29 « Ce jour est le Jour du Seigneur, l’Éternel des Armées, un Jour de vengeance, pour se venger de Ses ennemis. Et l’Épée dévorera, et elle sera rassasiée et abondamment abreuvée de leur sang ; car il y a un sacrifice au Seigneur, l’Éternel des Armées, dans le pays du nord, près du fleuve Euphrate. Monte à Galaad, et prends du baume, vierge, fille de l’Égypte ! En vain tu multiplies les remèdes, il n’y a point de guérison pour toi. » Jérémie 46, 10-11

Beaucoup d’entre vous le savent sûrement, le chapitre 47 d’Ézéchiel parle de la Rivière de Dieu, qui est une figure du Réveil des derniers jours de l’Église. Au milieu de ce Réveil mondial, cependant, il y aura des lieux envasés, des lieux de stagnation spirituelle, et l’Amérique latine sera l’un d’eux. À l’époque où j’écris (10 juillet 2004) seules trois nations dans cette région ont encore la possibilité de manifester la Gloire de Dieu dans les derniers jours : l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay. Mais, s’ils ne font pas attention, ils feront aussi partie de ce lieu appelé le marais latino-américain, les pêcheurs se tiendront auprès d’elle, depuis En-Guédi jusqu’à En-Eglaïm, ce sera un lieu pour étendre les filets. Leur poisson sera selon ses espèces, comme le poisson de la grande mer, en très grand nombre. Ses marais et ses étangs ne seront pas assainis, ils seront abandonnés au sel. Ézéchiel 47, 10-11 L’Amérique latine se retrouvera comme la femme de Lot Genèse 19, 26, un pilier de sel qui servira d’exemple spirituel 2 Pierre 2, 5-6 du Jugement de Dieu sur une région qui a tant reçu de Lui, mais qui a perverti toutes les merveilleuses bénédictions que Dieu lui a données et en a fait mauvais usage : « …il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, et qui ont goûté du don céleste, et qui sont devenus participants de l’Esprit Saint, et qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les miracles du siècle à venir, qui sont tombés, soient renouvelés encore à la repentance, crucifiant pour eux-mêmes le Fils de Dieu et L’exposant à l’opprobre. Car la terre qui boit la pluie qui vient souvent sur elle, et qui produit des herbes utiles pour ceux pour qui elle est aussi labourée, reçoit de Dieu de la bénédiction ; mais si elle porte des épines et des chardons, elle est réprouvée et près de la malédiction, et sa fin est d’être brûlée. » Hébreux 6, 4-8

Tout ce qui précède n’est pas seulement la Parole de Dieu contre l’Amérique latine, mais aussi contre tous les lieux et les peuples où les esprits héviens sont autorisés à pervertir Son Évangile. Le « LA » de Laodicée représente l’Amérique latine, L.A. les Latinos. [2]

6. Tellement plus à dire !

Il y a tellement plus à dire sur l’Esprit hévien ! Dieu voulant, nous publierons des futurs articles sur Sichem, le fils de Hamor le Hévien Genèse 34, et sur l’alliance avec les Gabaonites – qui étaient des Héviens, selon Josué 9, 7. Ces passages montrent comment les « Héviens » aiment faire des alliances nées d’une commodité de l’âme, qui s’oppose à la conviction de l’Esprit. Ils confirment aussi de nombreux principes spirituels déjà posés dans cet article.

Page précédente : 6. Le Phérésien

Table des Matières : « Les Esprits Méchants »

Notes

[1] Roseau taillé utilisé dans l’Antiquité pour écrire.

[2] Et en anglais : Latin America.