LE VIVANT

 

« Pourquoi cherchez-vous parmi les morts

Celui qui est vivant ? » 

Luc 24, 5b

Nous avons parlé de la Croix de Christ et de Son œuvre achevée au calvaire ; puis de la conformité à Sa mort, qui suit la connaissance de notre crucifixion avec Lui.

Nous avons vu, en outre, la manifestation de la Vie nouvelle, à travers des vases d’argiles, des vases terrestres faibles et ordinaires, mais qui manifestent l’endurance divine, l’humilité divine.

Comme nous avons commencé avec les Visions de Dieu, pour finir nous devons revenir à la Personne de Christ, car ce n’est qu’en Le connaissant Lui et la Puissance de Sa Résurrection, que nous pouvons devenir conformes à Sa mort.

Voyons d’abord ce qu’a signifié pour Lui Sa Résurrection ! Les femmes vinrent au tombeau, elles cherchaient un Christ mort.  Elles ne le connaissaient pas encore en tant que Seigneur ressuscité.

Lorsque nous parlons de Sa mort, n’oublions jamais qu’Il est le Vivant. Certaines personnes adorent toute leur vie le Christ mort. Elles passent chaque vendredi saint à pleurer sur Lui, comme le crucifié. Si quelqu’un d’entre vous contemple le tombeau, pensant uniquement à Sa mort, que le Saint-Esprit dirige Sa Lumière sur lui et Le lui révèle comme le Seigneur vivant !

« Pourquoi cherchez-vous parmi les morts

Celui qui est vivant ?

Il n’est point ici,

mais Il est ressuscité »

dirent les anges. En l’entendant les femmes furent effrayées et perplexes. Elles étaient venues au tombeau, cherchant le Christ, mais elles ont trouvé le tombeau vide ! Il n’est pas là ! Il est ressuscité !

Il est ressuscité ! Quand les femmes retournèrent vers les disciples leur dire qu’Il était ressuscité, ils ne les crurent pas, ils dirent : Ce ne sont que des rêveries ! Ainsi en est-il souvent pour nous : des rêveries, jusqu’à ce que le Ressuscité Lui-même s’approche de nous !

Les disciples se réunirent plus tard dans une chambre haute, les portes fermées à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs. Ils avaient été au calvaire et, assurément ils avaient traversé le calvaire spirituel par l’anéantissement de tous leurs espoirs, mais ils ne devinrent des Témoins remplis de la Puissance et de la Force de Dieu que lorsqu’ils connurent  Jésus comme le Vivant. La mort est négative, c’est la Vie qui apporte la puissance positive.

Qu’est-ce que la Résurrection a signifié pour Christ ?

Dans Romains 1, 4 nous lisons ces mots :

« déclaré Fils de Dieu avec puissance…

par SaRésurrection d’entre les morts. »

Par la Résurrection il a été prouvé qu’Il est le Fils de Dieu. Lisons aussi dans Éphésiens  1, 19 à 21.

« …l’infinie grandeur de Sa Puissance,

se manifestant avec efficacité par la vertu de Sa force.

Il l’a déployée en Christ,

en Le ressuscitant des morts,

et en Le faisant asseoir à Sa Droite

dans les Lieux Célestes,

au-dessus de toute domination,

de toute autorité,

de toute puissance. »

 

Regardons ensuite dans Romains 6, 9-10 :

« Sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ;

la mort n’a plus de pouvoir sur Lui.

Car Il est mort,

et c’est pour le péché qu’Il est mort

une fois pour toutes ;

Il est revenu à la Vie,

et c’est pour Dieu qu’Il vit. »

Quatre points précis ressortent de ces versets :

  1. Par Sa résurrection, il a été démontré qu’Il est le Fils de Dieu.
  2. Il a été élevé au-dessus de la puissance des ténèbres sur une position de triomphe.
  3. La mort n’a plus de pouvoir sur Lui.
  4. Il est entré dans une nouvelle sphère, une sphère où Il a cessé de vivre le côté du calvaire qui concerne la terre, et Il vit seulement pour Dieu, le côté de la croix qui concerne Dieu.

Dans Romains 6, 3 à 5, nous voyons que la résurrection de Christ est le modèle de notre résurrection spirituelle :

« Ignorez–vous que nous tous

qui avons été baptisés en Jésus-Christ,

c’est en Sa mort que nous avons été baptisés ?

Nous avons donc été ensevelis avec Lui

par le baptême en Sa mort, afin que,

comme Christ est ressuscité des morts

par la Gloire du Père,

de même nous aussi

nous marchions en nouveauté de Vie.

En effet,

si nous sommes devenus une même plante avec Lui

par la conformité à Sa Mort,

nous le serons aussi

par la conformité à Sa Résurrection. »

 

 

Nous avons ici l’histoire entière.

Comment allons-nous avoir part à la Puissance de Sa résurrection ?

 » Si nous devenons une même plante avec Lui

par la conformité à Sa Mort  !  »

ou, en d’autres mots, si nous avons été amenés par le Saint-Esprit dans la connaissance vitale de Sa Croix.

Sur ce verset, Conybeare fait remarquer :

 » Il semble que sa signification soit :

Si nous avons eu part à la réalité de Sa mort,

dont nous avons expérimenté la conformité. « 

Ceci signifie plus qu’un assentiment mental ou une attitude de foi ferme. L’Écriture parle d’être plantés vitalement dans Sa Mort ; d’une assimilation de Sa Mort ; d’une Communion avec Lui dans Sa Croix d’une manière très réelle.

Si nous avons eu part ainsi à la réalité de Sa Mort, l’union avec Lui dans Sa Vie suivra, nous pouvons en être parfaitement sûrs.

Nous avons à participer de Sa vie aussi bien que dans Sa Mort. Ce fait est répété dans Romains 6, 8 :

« Or, si nous sommes avec Christ,

nous croyons que nous vivrons aussi avec Lui.  »

En d’autres termes, la mort est un moyen d’arriver au but. Est-ce que nous savons nous abandonner à la Puissance de Sa Résurrection pour notre vie quotidienne ?

Il y a ceux qui ont la Lumière sur le chapitre six des Romains et qui, par la simple foi, prennent l’attitude qu’ils sont identifiés avec Christ dans Sa mort et qu’ils participent à Sa résurrection. Mais il est facile de voir qu’ils n’ont pas été de façon vitale unis par la conformité à Sa mort.

D’autres s’insurgent contre ceci, qu’ils appellent théorie, et disent qu’ils veulent quelque chose de plus, qu’ils veulent que le Saint-Esprit fasse une œuvre réelle en eux. Sur ce, le Saint-Esprit commence à leur enseigner ce que signifie être unis dans la mort avec Christ. Alors, ils vont à l’autre extrême, ils restent autour du tombeau si longtemps, qu’il n’y a aucune évidence de puissance divine leur donnant de l’énergie pour marcher dans une victoire continuelle.

N’oublions pas que la vie doit jaillir de la mort. Il est vrai que nous devons être plantés en Lui dans Sa mort d’une manière vitale, mais nous devons aussi être unis à Lui dans Sa résurrection. Quand vous êtes amenés à connaître Sa Mort, vous avez besoin de vous en remettre à Lui pour qu’Il vous donne Sa Vie, source d’énergie, ou bien vous serez sans pouvoir dans votre marche pratique.

Remercions Dieu pour la lumière qu’Il nous a donnée concernant la Croix de Jésus, et pour la lumière qu’Il nous a donnée quant à la voie par laquelle Il nous rendra conformes à Sa Mort.

Mais assurons-nous que nous connaissons la Puissance de Sa Résurrection et la Vie avec Lui, dans une union vivante.

Dans le moment de conflit le plus sombre que vous aurez à subir, dans l’heure de l’épreuve la plus dure à laquelle vous serez soumis, si vous êtes unis à Lui, vous pourrez dire :

 » Je suis avec mon Seigneur ressuscité

au-dessus de cette situation :

je refuse de lâcher pied,

car je me tiens avec Lui sur une position de victoire.

Je crois en Dieu qui ressuscite les morts. « 

Ce n’est que de cette façon que la foi pourra mûrir jusqu’à devenir une foi qui vit et triomphe dans les impossibilités.

Nous avons vu dans la Résurrection de Christ que la mort n’a plus de pouvoir sur Lui. Spirituellement ceci sera vrai aussi de nous.

Sommes-nous affectés par l’atmosphère de mort qui nous entoure ? Dans la Puissance de Résurrection elle ne pourra pas nous faire frissonner ! Nous sommes unis à Lui en tant que le Vivant, par conséquent,  rien autour de nous n’aura de pouvoir sur nous, rien ne nous entraînera en bas.

Le manque de vie autour de nous ne nous refroidira plus, mais en union avec le Seigneur ressuscité nous dominerons par Sa vie l’atmosphère de mort, et nous serons messager de vie pour les âmes agonisantes.

Dans 2 Corinthiens 13, 3-4, regardons brièvement la manière pratique de prouver la Puissance de Résurrection :
 

« Puisque vous cherchez une preuve

que Christ parle en moi,

Lui qui n’est pas faible à votre égard,

mais qui est Puissant parmi vous.

Car Il a été crucifié à cause de Sa faiblesse,

mais Il vit par la Puissance de Dieu ;

nous aussi, nous sommes faibles en Lui,

mais nous vivrons avec Lui

par la Puissance de Dieu pour agir envers vous. »

Pratiquement, nous devons être toujours faibles en nous mêmes, et savoir que Sa Puissance agit par nous, simplement en la voyant agir chez les autres.

Vous cherchez la preuve, n’est-ce pas, que Christ parle en vous ? Vous l’avez ici : Il est puissant dans les autres, les bénissant à travers vous !

Comme si Paul disait :

 » Je sais que je suis faible,

mais je vis avec Lui dans Sa Vie,

parce que je Le vois agissant en vous, ô Corinthiens ! « 

Nous connaîtrons la Puissance et la Vie de Dieu agissant en nous, par ses effets, pour ainsi dire, dans les autres autour de nous. Ceci nous conduit à ne pas nous surveiller et à ne pas regarder à nos expériences.

Il y a donc ces trois aspects dans l’expérience pratique :

– Premièrement, en nous, nous sommes toujours livrés à la mort et à la faiblesse afin que la vie soit déversée aux autres.

– Deuxièmement, c’est toujours la mort à nous-mêmes, de sorte que nous ne mettions pas notre confiance en nous, mais que dans notre faiblesse nous nous reposions sur Dieu qui ressuscite les morts.

– Troisièmement, nous ne pouvons reconnaître la Puissance de Dieu que par l’effet qu’elle produit, et non pas en en ayant toujours conscience.

Dans Hébreux 11, 17,19, nous observons un autre aspect de la puissance de la résurrection :

« C’est par la Foi qu’Abraham offrit Isaac,

lorsqu’il fut mis à l’épreuve,

et qu’il offrit son fils unique,

lui qui avait reçu les Promesses…

Il pensait que Dieu est puissant,

même pour ressusciter les morts ! »

Ceci est une étape plus avancée dans la Connaissance de la résurrection de Christ, et indique la façon dont Dieu fait mûrir notre foi. Dans la vie pratique, l’attitude pour chaque chose doit être :

 » Père, je la dépose à tes pieds,

dans la foi que Tu peux la ressusciter ! « 

Toute chose peut alors être mise sur Son Autel sans aucune hésitation. Ceci est la Puissance de la Résurrection concernant toutes nos possessions, y compris les Dons de Dieu. La foi les dépose et croit que Dieu peut les ressusciter même des morts.

Pour terminer, rappelons-nous que Jésus Lui-même est au milieu de nous.

Il est le Vivant, le Christ vivant qui est entré au-delà du Voile. Il intercède pour nous à chaque moment.

Le Sang aspergé nous est appliqué. Nous nous sommes

 » …approchés de la montagne de Sion,

de Jésus le Médiateur,

et du Sang de l’Aspersion… « 

A travers les Cieux ouverts, nous voyons Jésus, le Fils de Dieu, debout pour nous dans la Présence de Dieu et nous nous voyons en Lui.

Alors que nous sortons, les Cieux étant ouverts au-dessus de nous, disons :

 » Il n’y a rien qui s’interpose entre Dieu et moi.

Devant le Père,

je vois le Sang aspergé qui parle pour moi.

Le chemin est libre !

Dieu m’aide, il n’y aura jamais d’ombre entre nous.

C’est pourquoi, dorénavant ne cherchons pas parmi les morts Celui qui vit, mais cherchons-Le à la Droite de Dieu et nous avec Lui, acceptés dans le  » Bien-Aimé  » !

Avec cette Vision nous concluons : Amen !

Jessie Penn-Lewis