Ezéchiel ou le jugement de Dieu

« Comme j’étais assis dans ma maison,
et que les anciens de Juda étaient assis devant moi,
la Main du Seigneur, de l’Éternel,
tomba sur moi. »
Ézéchiel 8, 1
Alors que nous revenons à Ézéchiel 8, nous constatons qu’il y a de nouveau conformité avec la Pensée des Visons de Dieu.
Nous trouvons, ici, un message de délivrance pour nous, mais nous voulons auparavant savoir tout ce que le Seigneur veut nous dire à notre sujet. Plus Il agira profondément en nous, plus il y aura place pour Lui dans notre cœur.
Les gens religieux de Juda étaient venus à Ézéchiel pour recevoir instruction de Dieu, mais Ézéchiel, assis devant eux, gardait le silence. Il n’avait rien à dire. La manière dont Dieu agissait avec Ézéchiel est très surprenante, parce qu’il était un homme vraiment dans la Main de Dieu. Et cela nous montre ce que signifie réellement être un porte-parole de Dieu.
Les messagers de Dieu ne peuvent pas rendre les messages agréables pour qu’ils conviennent à leurs auditeurs. Si les enfants de Dieu viennent aux messagers qui sont vraiment dans la Main de Dieu, et désirent ce qu’ils appellent l’enseignement, le Seigneur ne permettra pas à ses messagers d’enseigner, tant qu’Il verra quelque chose de faux dans la vie de son peuple. C’est une tentation très grande que de puiser dans nos propres ressources, et de donner une prédication que Dieu n’a pas donnée, simplement parce que c’est ce qu’on attend de nous.
Les gens religieux de Juda étaient venus à Ézéchiel pour entendre la Parole de Dieu, et, comme ils étaient assis, la Main du Seigneur tomba sur Ézéchiel, et Dieu dit :
« Je  vais monter ce qui ne va pas. » 
Alors Il lui donna un message très saisissant. Si pour Ézéchiel, la crainte de l’homme avait été plus réelle que la Crainte de Dieu, Il n’aurait pas pu être fidèle à Dieu, et donner un tel message.
Ézéchiel raconte ainsi son expérience :
« La Main du Seigneur,l’Éternel tomba sur moi.
Et je vis,
et voici une ressemblance comme l’aspect du feu. »
Ézéchiel 8, 1-2
Dieu donna au prophète une révélation nouvelle, et c’est à peine si celui-ci savait comment décrire ce qu’il avait vu. Il pouvait seulement dire  » comme l’aspect du feu. »
Notre Dieu est un feu dévorant.
Deutéronome 4, 24
Nous avons besoin, aujourd’hui, de messagers de Dieu capables de dire : «Ainsi parle l’Éternel !» et non pas :  » je pense ceci ou cela « .
Les chrétiens viendront peut-être leur dire :  » Que pensez-vous de ceci ?  »  Mais combien sont disposés à dire simplement :   » Il est écrit «  ?
Le monde est dans la confusion à cause du grand nombre de voix. Oh ! Combien les âmes désirent intensément un : «Ainsi parle l’Éternel» suivi de la Puissance de Dieu pour confirmer Sa Parole !
La Main de l’Éternel tomba sur Ézéchiel. Ce ne fut que sous la pression de la Main de Dieu qu’il put affronter les anciens de Juda et leur donner le message le plus terrible qu’ils pouvaient entendre, en relation avec le péché dans leurs Choses Saintes. Ils vivaient tranquille, tout allait bien ; n’était-il pas le Peuple de Dieu ? Et voici cet homme qui leur parle de  Dieu comme d’un Feu dévorant !
Voyons maintenant ce que le Seigneur dit à Ézéchiel de communiquer aux gens religieux. Nous nous souvenons que ce message fut, à l’origine pour Israël, mais il est aussi pour nous aujourd’hui.
 » Il étendit une forme de main,
et me saisit par les cheveux de la tête.
L’Esprit m’enleva entre la terre et le ciel,
et me transporta, dans des visions divines,
à Jérusalem,à l’entrée de la porte intérieure,
du côté du septentrion,
où était l’idole de la jalousie,
qui excite la Jalousie de l’Éternel.  »
Ézéchiel 8, 3
Dans cette dispensation de la Grâce de Dieu, Ses enfants sont maintenant Son Temple 2 Corinthiens 6, 16.  Lorsque Paul écrivit aux Romains, il dit :
 » Toi qui a en abomination les idoles, 
tu commets des sacrilèges « 
Romains 2, 22
Nous reculons devant l’idolâtrie extérieure, comme païenne, en même temps que nous commettons des sacrilèges avec ces temples de Dieu, nos corps !
Quelle image se trouve à l’entrée de notre être ?
L’image du moi ou l’image de Christ ?
Les autres voient-ils cette grande et grosse image de  » moi  » qui excite la Jalousie de Dieu ?
Dieu est un Dieu jaloux, et l’Esprit qui demeure en nous, languit après nous avec jalousie, nous désirant pour Lui seul.
Y a-t-il une grande et grosse image de nous-mêmes se tenant à l’entrée, que tout le monde peut voir ? Une idole qui prend la Place de Dieu et qui bloque la Porte, de sorte que Dieu ne peut pas se révéler à travers nous ?
« Et Il me dit :
Fils de l’homme, vois-tu ce qu’ils font,
les grandes abominations
que commet ici la Maison d’Israël,
pour que Je M’éloigne de Mon Sanctuaire ? »
Le Seigneur appelle l’idole à l’entrée : une abomination.
« Tu verras encore d’autres grandes abominations.
Puis Il me conduisit à l’entrée du parvis,
et j’aperçus un trou dans le mur ; 
et Il me dit :
Fils d’homme, perce la muraille !
Et je perçai la muraille,
et voici il y avait une porte.  
Et Il me dit :
Viens et vois les méchantes abominations qu’ils font ici !
Et j’allai, et je vis :
et voici il y avait toutes sortes de figures
de reptiles et d’animaux immondes,
et toutes les idoles de la Maison d’Israël
dessinées sur la muraille tout autour. »
verset  6 à 10
Comment cela peut-il nous être appliqué ?
 » Toutes sortes de figures de reptiles ! « 
Assurément ceci nous parle de la terre et de nos occupations terrestres, de ramper au lieu de voler, de nous traîner au lieu de nous élever avec des ailes comme les aigles, alors que Dieu voudrait nous voir courir et non pas nous trouver las, marchant et non défaillants.
Des choses de la terre occupent notre cœur, et des idoles peintes sur la muraille tout autour ! Peut-être direz-vous que ces choses n’ont rien à voir avec vous, car Dieu a réglé ces choses il y a des années, quand il vous a lavé et pris possession de vous. Mais, il se peut que d’une manière très subtile, ceci puisse, en partie être vrai maintenant. Poursuivons notre lecture :
Et Il me dit :
As–tu vu, Fils d’homme,
ce que les anciens de la maison d’Israël font dans les ténèbres,
chacun dans ses appartements couverts de peintures,
car ils disent :
 » L’ Éternel ne nous voit pas,
l’ Éternel a abandonné le pays ! « 
verset 12
La chambre pleine de figures ! Laissez-vous votre imagination déchaîner son activité ? C’est une des choses les plus difficiles que le Seigneur doit traiter. Il peut y avoir complaisance envers soi-même, et beaucoup de mauvaises choses qui surgissent d’une imagination malsaine.
« Ce qu’ils font dans les ténèbres »
dit le Seigneur à Ézéchiel. La Lumière manque dans les chambres pleines de figures. A mesure que vous connaîtrez le Seigneur, rappelez-vous que le diable viendra avec ses plus subtiles contrefaçons et  cherchera à placer  des pensées dans votre intelligence, qui paraîtront être de l’Esprit béni, mais en vérité elles viendront de Satan, comme ange de lumière.
Dans notre marche à travers les dangers de la journée, rien ne nous aidera plus que d’être attentifs à la Vie de Jésus, être absorbé par cette vie, pour qu’elle se manifeste, agissant d’une manière pratique de jour en jour.
Cherchons à être absolument honnêtes et droits dans tous nos rapports,
ne disant jamais une parole peu aimable à propos des autres,
ne parlant jamais d’eux, même de leurs expériences spirituelles,
ne les discutant en aucun cas,
et marchant en droite ligne avec la Parole de Dieu.
« Regarde ce qu’ils font dans les ténèbres ! »
C’est ce que Dieu doit dire à propos de certains qui, peut-être, parlent même d’avoir été crucifiés avec Christ, et pourtant consentent une subtile complaisance avec eux-mêmes, dans la chambre pleine de figures.
Que faites-vous dans les ténèbres ?
Quelles pensées admettez-vous ?
L’intelligence a besoin d’être contrôlée par la Puissance de Dieu. Beaucoup d’entre nous disent  » Mon cœur est sincère.  » Oui, mais prenez garde à la méchanceté qui vient d’une intelligence non renouvelée, et croyant être gardée sous le casque du salut.
Ne permettez jamais à votre imagination de revenir en arrière, au jour d’hier !
Marchez avec Dieu simplement, sans détours, maintenant !
A l’instant même où vous êtes conscients d’une pensée ou d’une parole qui sortirait de vos lèvres, paraissant déplaire au Maître, dites immédiatement  » Seigneur applique la puissance du précieux Sang  ! »
Que faites-vous aujourd’hui ?
Pensez-vous à propos d’hier de la semaine dernière ?
Laissez-vous votre pensée repasser cette souffrance que vous avez traversé il y a trois mois ?
Non, ne permettez jamais à vos pensées de revenir en arrière et de faire ressortir le passé, ni à votre imagination de regarde en avant, et de penser :   » Que se passera-t-il la semaine prochaine ?  » et  » Je crains tant un tel ! « 
« Et Il me dit :
Tu verras encore d’autres grandes abominations
qu’ils commettent.
Et Il me conduisit à l’entrée de la porte
de la Maison de l’ Éternel…
Et voici, il y avait là, des femmes assises,
qui pleuraient Thammuz. »
versets 13 & 14
On verse beaucoup de larmes sur les conséquences des mauvaises actions, plutôt que sur le péché contre Dieu. Vous êtes allé au Seigneur avec des larmes amères pour quelque chose qui a été fait.
Qu’y a-t-il derrière ces larmes ?
Êtes-vous peinés pour vous-mêmes, à cause de toutes ces tristes heures ?
Ou êtes-vous réellement affligé à cause de la souffrance du cœur de Christ ?
Avez-vous appris à regarder le péché et tout ce qui n’atteint pas à la gloire de Dieu comme une blessure au cœur de Jésus ?
Notez que pleurer à cause de notre souffrance pour ce que nous avons perdu, au lieu de pleurer sur ce que signifie le péché pour Dieu, le Seigneur appelle cela une abomination.
Sommes-nous sensibles jusqu’à être capables de pleurer pour la souffrance de notre Dieu, à cause du péché ?
Cela modifiera très considérablement notre relation à l’égard d’autres enfants de Dieu.
Êtes-vous aller pleurer dans votre chambre pour quelque chose qui, dans un enfant de Dieu,  est une affliction pour le Seigneur ?
Avez-vous jamais été amenés dans une telle communion avec le cœur de Jésus ?
Comment ne voyons-nous pas que tout ce qui n’atteint pas à la gloire de Dieu, dans quelque enfant de Dieu, nous concerne parce que cela blesse le cœur de Jésus ?
Nous devrions souffrir avec les autres membres du corps, et ne jamais parler de leurs agissements sans avoir le cœur brisé.
Pour quoi pleuraient ces femmes ? Pour elles-mêmes !!
Oh ! Si seulement le Seigneur nous élevait à Lui comme notre environnement, loin de nos ego étroits et mesquins, en union avec Son cœur, afin que nous connaissions quelque chose de Ses cris et de Ses larmes, quelque chose de Son Gethsémané, quelque chose de Sa croix !
« Il est un baptême dont Je dois être baptisé »
disait-Il.
Luc 12, 50
Il y avait en Lui un amour qui le poussait à Sa mort, et, jusqu’à Son accomplissement, Il disait :
« combien il Me tarde que cela soit accompli ! »
Il savait qu’à travers Sa mort, Sa vie serait libéré pour ce monde qui se meurt.
Et Il me dit :
Vois–tu, fils de l’homme ?
Tu verras encore d’autres abominations
plus grandes que celles–là.
Et Il me conduisit dans le parvis intérieur
de la Maison de l’ Éternel.
Et voici, à l’entrée du Temple de l’ Éternel,
entre le portique et l’autel,
il y avait environ vingt–cinq hommes,
tournant le dos au Temple de l’ Éternel
et le visage vers l’orient ;
et ils se prosternaient à l’orient devant le soleil.
versets 15 &16
Que signifie ceci pour nous, spirituellement ?
La Lumière de Dieu sonde notre adoration.
Y a-t-il du péché dans notre adoration ?
Y a-t-il du sacrilège dans nos choses saintes ?
Oh ! la façon désinvolte dont on parle des Choses sacrées, au lieu de nous taire, d’avoir du respect et une crainte pieuse !
Il y a de la légèreté dans la manière dont nous employons le Nom de Dieu. Nous l’utilisons comme si nous ferions avec le nom d’autres personnes.
Est-ce que cela veut dire que nous ne devons pas mentionner Son Nom ? Non, mais un silence respectueux devrait s’emparer de nous, lorsque nous le prononçons, parce que nous ne perdons jamais la Présence du Saint.
Lorsque le mot «  le Saint des saints  » vient à nos lèvres, qu’est-ce qu’il exprime ? L’expérience ? Loin de là ! C’est Dieu Lui-même en Christ, devant lequel les anges cachent leur face, et dans la présence duquel, sans le Sang, nous n’oserions paraître.
S’il y a quelque chose qui manque dans nos jours, c’est bien le Saint Respect et la Crainte pieuse.

 » Voici sur qui Je porterai Mes regards : 

…sur celui qui craint Ma Parole !  « 

Esaïe 66, 2

Oui, Dieu peut créer en vous une sainte Crainte, telle que vous tremblerez réellement à Sa Parole. Que le Seigneur nous délivre du sacrilège dans les choses les plus solennelles et profondes de Dieu !
 » Puis Il cria d’une voix forte à mes oreilles :
Approchez, vous qui devez châtier la ville ! « 
Ézéchiel 9, 1
Il montre toutes ces choses à Ézéchiel, et ensuite Il dit : « Je dois m’occuper d’eux » :
 
« Et voici, six hommes arrivèrent
par le chemin de la porte supérieure
du côté du septentrion,
chacun son instrument de destruction à la main.
Il y avait au milieu d’eux un homme vêtu de lin,
et portant une écritoire à la ceinture.
Ils vinrent se placer près de l’autel d’airain. »
Ézéchiel 9, 2
L’autel d’airain typifie la Croix. Voyez cette solennelle procession allant à l’autel d’airain, en réponse à l’appel de la Voix qui crie, réclamant le jugement ! Et le Seigneur dit à l’homme qui avait l’écritoire :
Passe au milieu de la ville,
au milieu de Jérusalem,
et fais une marque sur le front des hommes
qui soupirent et qui gémissent
à cause de toutes les abominations
qui s’y commettent.
verset 4
Il marqua tous ceux qui s’affligeaient dans leur âme, tous ceux qui pleuraient ou gémissaient sur toutes ces choses.
  «  Et, à mes oreilles, Il dit aux autres :
Passez après lui dans la ville, et frappez ;
que votre œil soit sans pitié,
et n’ayez point de miséricorde !
Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes,
les vierges, les enfants et les femmes ;
mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ;
et commencez par Mon Sanctuaire ! » 
Ézéchiel 9, 5-6
Le Seigneur doit juger le péché. Oui ! Il a vraiment jugé le péché à l’autel d’airain : la Croix du Calvaire. Mais maintenant l’instrument de destruction doit faire son œuvre. La Croix de Christ est l’instrument de destruction.
La puissance de la mort de Christ doit agir en nous comme un couteau appliqué par le Saint-Esprit !
Est-ce que le Seigneur a mis la  marque sur vous ?
Êtes-vous l’un de ceux qui pleurent sur ces choses qui se font dans l’église professante de nos jours ?
N’y a-t-il pas aujourd’hui la grande idole de la jalousie qui apparaît dans les enfants de Dieu ?
Ne sont-ils pas occupés avec les choses serviles de la terre ?
Le Seigneur tient un registre et Il voit tout. Avec ce registre, Il viendra, Oui, le jugement a commencé même maintenant, dans la Maison de Dieu.
à suivre…