Romain 8, 6 à 8

  ROMAINS 8, 6-8HUPOTASSO 

 

On trouve en Romains 8 un autre passage de l’Écriture, utilisé par de nombreux enseignants bibliques pour faire la preuve contraire de ce qui est enseigné :

…la pensée de la chair est [la] mort ;
mais la pensée de l’Esprit, vie et paix ;
– parce que la pensée de la chair est inimitié contre Dieu,
car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu,
car aussi elle ne le peut pas.
Romains 8, 6-7

Au sujet de ce passage, quelques théologiens font cette conjecture : « Paul déclare que l’homme naturel ne peut pas obéir aux Lois de Dieu. Par conséquent, s’il lui est impossible d’y obéir, Dieu ne peut pas le tenir pour responsable de ne pas les garder. Ainsi, concluent-ils, Dieu ne reconnaît pas les premiers mariages, divorces ou remariages d’un incroyant. » Cela ne sonne-t-il pas bien ? Le seul problème, c’est que ce n’est pas du tout ce qui est dit ! Le mot grec pour se soumet est hupotasso, qui est un terme militaire. Il signifie se mettre en rangs sous. Dans l’armée, il y a des soldats, des caporaux, des sergents, des lieutenants, des capitaines, des colonels, et des généraux. Chacun a un rang différent, chacun rangé sous l’autre.

Regardons quelques exemples scripturaires où l’on retrouve le mot hupotasso :

… Il [Jésus] …leur était soumis.[à Joseph et Marie]
Luc 2, 51

…les démons mêmes nous sont assujettis en Ton Nom.
Luc 10, 17

…l’assemblée est soumise au Christ
Éphésiens 5, 24

Vous, domestiques, soyez soumis en toute crainte à vos maîtres…
1 Pierre 2, 18

” Ne pas être soumis ” ne signifie pas que l’on n’est pas responsable de ses actes ni que l’on ne doit pas en répondre ! Cela ne veut pas non plus dire que l’on évitera les conséquences de son insoumission… Si Jésus n’avait pas été soumis à Ses parents, ils auraient été obligés de le corriger. Si les Saints ne sont pas soumis ou obéissants au Christ, comme ils savent devoir l’être, alors ils sont en désobéissance, et la Loi qui dit que l’on récolte ce que l’on sème prend effet. Ce que Paul disait ici, c’est que la pensée de la chair, par l’action de sa propre volonté et de sa nature rebelle, refuse de se soumettre à l’autorité, ou de se ranger sous l’Autorité de Dieu. Cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas responsable de ses décisions et de la désobéissance qui en résulte, mais simplement que c’est la façon de fonctionner de la pensée charnelle. Ainsi, tous les pécheurs non-repentants, qui refusent de se ranger sous les Commandements de Dieu, seront quand même jugés par ces Commandements divins au Jour du Jugement du Grand Trône blanc.

Note aux responsables :

Si vous êtes appelé à prêcher tout le Conseil de Dieu, obéissez à votre Appel !

Mais rappelez-vous que si vous prêchez la Parole sans compromis,

Dieu vous honorera !

La réception de ce message par de nombreux pasteurs, qui savent ce que cela donnerait de le prêcher dans leur église, peut être comparée à ce passage de l’Écriture où les sacrificateurs et les anciens se confrontèrent à Jésus, au chapitre 21 de Matthieu :

Et quand Il fut entré dans le temple, les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple vinrent à Lui, comme Il enseignait, disant :
« Par quelle autorité fais-Tu ces choses, et qui T’a donné cette autorité ? »
Et Jésus, répondant, leur dit :
« Je vous demanderai, Moi aussi, une chose ;
et si vous Me la dites, Je vous dirai, Moi aussi, par quelle autorité Je fais ces choses.
Le baptême de Jean, d’où était-il ?
du ciel, ou des hommes ? »
Et ils raisonnaient en eux-mêmes, disant :
Si nous disons : « du ciel »,
Il nous dira : « Pourquoi donc ne l’avez-vous pas cru ? »
Et si nous disons : « des hommes », nous craignons la foule,
car tous tiennent Jean pour un prophète.
Et, répondant, ils dirent à Jésus :
« Nous ne savons. »
Lui aussi leur dit :
« Moi non plus, Je ne vous dis pas par quelle autorité Je fais ces choses. »
Matthieu 21, 23-27

Les sacrificateurs et les anciens n’envisagèrent même pas de répondre à la question en vérité ! Ils ne se souciaient même pas de savoir si la réponse qu’ils donneraient serait juste ou fausse. Leur seul souci était les répercussions sociales de leur réponse ! Leur principal souci était : si nous disons oui, alors ceci va se passer ; si nous disons non, alors cela va se passer. Nous n’aimons le résultat d’aucune des réponses. Que l’une ou l’autre soit juste est superflu, c’est une situation où l’on ne gagne rien quoi que l’on réponde – alors nous ne répondrons tout simplement pas.

 Détourner les yeux de ce que vous voyez et entendez aujourd’hui. Vous ressentez la pression de la part de ces personnes qui se sont mariées, ont divorcé, et vivent maintenant des mariages adultères, tout en croyant intensément et sincèrement être chrétiens. Leur conduite religieuse enthousiaste n’altère cependant pas l’enseignement clair de la Parole de Dieu. La Parole de Dieu est comme l’argent, sept fois raffiné, et on nous dit de « prêcher la Parole, » rien d’autre que la Parole, sans tenir compte de la réponse de l’assistance.

En Jean, au chapitre 17, Jésus a fait cette prière :

Sanctifie-les par la Vérité ;
Ta Parole est la Vérité.
Jean 17, 17
…ni adultères… n’hériteront du Royaume de Dieu.
1 Corinthiens 6, 9
Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre,
commet adultère
Luc 16, 18