Positions ecclésiales

 

Positions ecclésiales

Dieu et le divorce 

Jusqu’à présent, nous avons considéré les versets bibliques clairs qui établissent un point de départ doctrinal cohérent.De nombreux dirigeants chrétiens aujourd’hui – qui sont historiquement de doctrine évangélique, fondamentaliste, ou orthodoxe, et croient la Bible, le Nouveau Testament – prêchent en connaissance de cause un substitut humaniste, introduit dans l’église au seizième siècle.

Historiquement, il y a eu cinq positions théologiques de base sur le Mariage et le divorce dans l’église chrétienne depuis le premier siècle. – William A. HETH et Gordon J. WENHAM donnent un enseignement approfondi sur ce sujet dans leur livre JESUS AND DIVORCE [Jésus et le divorce] publié par Thomas Nelson Publishers. – Paul STEELE et Charles RYRIE dans leur livre MEANT TO LAST [Fait pour durer] publié par Victor Books, décrivent aussi en détail ces positions. (Ces deux ouvrages sont actuellement épuisés.) Les quatre premières de ces cinq positions sont :

1. La vision patristique (ou des premiers Pères)

2. La visions prétéritive (ou augustinienne)

3. La vision des fiançailles (ou de l’engagement)

4. La vision de consanguinité (ou du mariage illégal)

Ces quatre positions de l’église primitive font toutes cette conclusion : la Bible enseigne que le Mariage est pour la vie, et que divorcer et se re-marier avec une autre personne tantque le premier conjoint est toujours en vie est interdit et constitue un adultère.

STEELE et RYRIE disent :« Une recherche attentive parmi les centaines de manuscrits écrits par les dirigeants de l’église des cinq premiers siècles a révélé que, à une exception près – AMBROSIASTER, un écrivain latin du quatrième siècle – les Pères de l’Église étaient unanimes dans leur compréhension de l’enseignement de Jésus et de Paul : si l’on devait subir la malheureuse expérience d’un divorce, quelle qu’en soit la cause, le re-mariage n’était pas permis.C’est demeuré la position régulière de l’église jusqu’au seizième siècle, où ÉRASME a suggéré une position différente, qui a été reprise par les théologiens protestants. »

Humanisme