…à propos de 1 Corinthiens 7, 1

150x150

L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme,
et ils seront
 » Une Seule Chair. « 

Ceci est mis sur ce site Web, suite à de violentes polémiques et critiques de la part de personnes qui égarent les âmes simples et se posent en bergers conducteurs enseignant les Saintes Ecritures : ce sont de mauvais bergers, donnant une nourriture frelatée, ne  » découpant pas droit  » la Parole de Dieu,  » aveugles, conducteurs d’aveugles « , dont Satan a aveuglé l’intelligence…

1 Corinthiens 7

8 Or je dis à ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, qu’il leur est bon de demeurer comme moi. Mais s’ils ne savent pas garder la continence, qu’ils se marient, car il vaut mieux se marier que de brûler.
10 Mais quant à ceux qui sont mariés, je leur enjoins, non pas moi, mais le Seigneur : que la femme ne soit pas séparée du mari ; (et si elle est séparée, qu’elle demeure sans être mariée, ou qu’elle se réconcilie avec son mari 😉 et que le mari n’abandonne pas sa femme
12 Mais quant aux autres, je dis, moi Paul, non pas le Seigneur :
Si quelque frère a une femme incrédule, et qu’elle veuille habiter avec lui, qu’il ne l’abandonne pas ; et si une femme a un mari incrédule, et qu’il veuille habiter avec elle, qu’elle n’abandonne pas son mari.
Car le mari incrédule est sanctifié par la femme, et la femme incrédule est sanctifié par le frère, son mari; puisque autrement vos enfants seraient impurs; mais maintenant ils sont saints.
Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille ; le frère ou la soeur ne sont pas asservis en pareil cas ; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix.

 La méconnaissance de la compréhension de ce qui est écrit – je dis bien compréhension de la langue française et non révélation spirituelle ou interprétation – fait errer les chrétiens et beaucoup de conducteurs « mauvais bergers » enseignent le mensonge – consciemment ou pas. Il est impensable pour celui qui est honnête et simple, de faire transmettre par Paul, un Ordre de la part du Seigneur  (11) et lui faire ajouter immédiatement au verset suivant un conseil pastoral qui serait en flagrante opposition avec ce qu’il vient d’affirmer en force… (12…)

@@@@@@@@@@@@@

Un peu de bon-sens !!

 

1 Corinthiens 7, 12…
Aux autres, ce n’est pas le Seigneur, c’est moi Paul qui dit :  Si un frère a une femme non-croyante, et qu’elle consente à habiter avec lui, qu’il ne la répudie point ; et si une femme a un mari non-croyant, et qu’il consente à habiter avec elle, qu’elle ne répudie point son mari. Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère ; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints.
Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare ; le frère ou la soeur ne sont pas liés dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix.  Car que sais-tu, femme, si tu sauveras ton mari ? Ou que sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme ?

En grec il n’y a pas de mots différents pour dire un homme ou un mari ; de même en français une femme (genre) et une femme (statut). Ceci explique les variations des traducteurs mais ne les justifie pas.  Ce verset (et les suivants…) ne concerne pas des gens « dans une relation d’Alliance de Mariage », car cela contredirait  tout simplement l’Ordre du Seigneur – cité au verset 10. Ce ne sont pas des couples dits mixtes – c’est-à-dire, un croyant engagé avec un incroyant dans les liens du mariage, mais deux personnes habitant ensemble de façon stable (puisqu’il est mentionné « les enfants « ).

Il concerne des concubins – dont l’un des deux vient au Seigneur – et pense devoir  » régulariser  » sa situation et laisser son compagnon avec lequel il ne se trouve pas »marié ». C’est donc un conseil de PAUL – homme conduit par le Saint-Esprit.
Bien remarquer que le choix de la séparation ( pas du divorce) revient au NON-croyant… dans ce cas-là, Paul précise bien que le croyant n’est pas lié (n’est pas dans une relation d’alliance de mariage… ce qui le renverrait au verset 10 et à l’Ordre du Seigneur)
– verset 8 : les célibataires et les veufs/ves
– verset 10 : les couples mariés – Ordre de Dieu
– verset 12 : les concubins dont l’un des deux devient croyant – conseil de Paul

@@@@@@@@@@@@

Reprenons ensemble !

 

Les trois versets 8, 10 et 12 s’adressent à des groupes de personnes différents :

Le verset 10 est un ORDRE du Seigneur le verset 12 est un CONSEIL de Paul. Paul, pourrait-il contredire – par son CONSEIL – un ORDRE que le Seigneur Lui-même lui a demandé de transmettre de Sa Part ?? ll s’agit de lire avec intelligence et bon-sens, sans réagir immédiatement contre ! Le concubinage EST fornication et le Seigneur ne peut pas donner un ORDRE concernant un état de fait bien répandu chez les Romains comme de notre temps – état de fait qu’Il réprouve !! Cependant Dieu est bon et voit Sa créature embourbée dans le péché et la souffrance, conséquence de ce péché : Il alors donne un CONSEIL par la bouche de Paul, pour régler les situations de concubinage de NON-CROYANTS – dont l’un des deux vient à la repentance.

Que faire ??
Rompre la relation ??
Quitter le couple ??

Le CONSEIL de Paul est celui-ci :
 1.  » si ton compagnon – NON-CROYANT – trouve que tu as un petit grain de folie… mais accepte que tu sois comme cela et ne veuille pas te lâcher, eh bien , toi qui est un croyant, tu n’a pas la possibilité de le laisser : il y des enfants issus de cette situation et Dieu prend en compte cela et parle de la sanctification (mise à part) de ce compagnon incroyant et de tes enfants, à cause de toi qui est croyant.
2. » si ton compagnon – NON-CROYANT – trouve que tu as un petit grain de folie… mais refuse que tu sois ainsi et veuille te quitter, eh bien , toi qui est un croyant, tu te dois de le laisser partir : nous sommes appelés à marcher dans la paix. Toi, le croyant, dans ce cas-là, tu n’est pas lié par une alliance de mariage (car tu étais en concubinage) et tu pourras te marier (car tu n’as jamais été marié. Le choix de l’avenir est laissé au NON-CROYANT, pas au CROYANT !!
Cette compréhension – celle de ce qui est écrit – est cohérente avec toute la Parole de Dieu, * que ce soit l’enseignement de Jésus dans les évangiles * ou celui de Paul * en passant par la compréhension de ce qu’est une Alliance de Sang, qu’est le mariage. J’ajoute aussi, que l’on ne peut pas utiliser ce verset (1 Corinthiens 7 12 …) pour encourager le concubinage. Je répète qu’il s’agit d’un couple de concubins NON-CROYANTS dont l’un des deux vient à la Foi et cherche à mettre sa vie en ordre. Ce n’est pas non-plus, parce que Paul a donné un CONSEIL, que Dieu ratifierait comme juste la situation de concubinage.

@@@@@@@@@@@@@@@

Récapitulons notre réflexion !

12 Mais quant aux autres, je dis, moi, non pas le Seigneur :
Si quelque frère a une femme incrédule, et qu’elle veuille habiter avec lui,
qu’il ne l’abandonne pas ;
13 et si une femme a un mari incrédule, et qu’il veuille habiter avec elle,
qu’elle n’abandonne pas son mari.
14 Car le mari incrédule est sanctifié par la femme,
et la femme incrédule est sanctifié par le frère, son mari ;
puisque autrement vos enfants seraient impurs; mais maintenant ils sont saints.
15 Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille ;
le frère ou la sœur ne sont pas asservis en pareil cas ; 
mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix.
1 Corinthiens 7, 12

 

Question

Ne s’agirait-il pas de couples dûment “mariés” dont l’un des deux ne serait pas croyant ?

Cela ne peut pas être des couples ” mixtes ” dont l’un serait croyant et pas l’autre !

POURQUOI ?
Il faut revenir – comme Jésus nous y invite, à  » Au Commencement… « 

Corinthiens 7, 8-10-12 Nous y voyons trois catégories de personnes :
– les gens seuls… libres de se marier (8)
– les gens en couple hétérosexuel, dans une Alliance de Mariage – telle que Dieu l’a voulue et instituéel met et donne SON Ordre ! (10)
– les autres, ni seuls, ni comme Dieu l’a établi dans le verset précédent… mais qui sont dans un état de fait, en couple, (ce qui en français courant moderne est appelé, le concubinage). (12)

Le Mariage a été institué AVANT la Chute dans le Jardin d’Éden : en le voulant ainsi, Dieu avait en vue Christ et l’Église, Dessein selon Son Cœur, dont Paul dira : Ce Mystère est grand !

Éphésiens 5, 31

29 Car personne n’a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et la chérit,
comme aussi le Christ l’assemblée :
30 car nous sommes membres de Son Corps, – de Sa Chair et de Ses Os.
31 “C’est pour cela que l’homme laissera son père et sa mère et sera joint à sa femme ;
et les deux seront Une Seule Chair“.
32 Ce Mystère est grand ;
mais moi je parle relativement à Christ et à l’Assemblée.

 

Si l’on pense que le mariage ne concerne seulement que les croyants chrétiens, cela voudrait dire que tous les couples mariés dans le monde – qu’ils soient musulmans, bouddhistes, athées ou autres… ne le seraient pas !? Or ce n’est pas possible – intellectuellement – d’avancer cela.
Dans 1 Corinthiens 7, 12 – les autres – ce sont des gens qui vivent en couple, qui ont même des enfants, mais ne sont pas dans une relation d’alliance de mariage : cela était courant dans l’empire romain du temps de Paul ; c’était un état de fait !
Quand l’un des deux concubins venait à la Foi, il percevait bien sa situation bancale et voulait – ce que nous dirions en langage moderne – la régulariser.

Paul répond aux questions des Corinthiens : il ne faut pas oublier ce que voulait dire dans le langage de l’époque “ être un corinthien ”, c’était être un homme débauché et dépravé dans ses mœurs.

Paul répond pour redresser des situations de fait et donne son conseil de Sagesse et fait remarquer plus loin, que lui aussi, il a l’Esprit Saint : sous-entendu, il a les compétences pour donner un conseil… ce qui est différent de “transmettre un Ordre de Dieu”.

Quant à la sanctification des enfants ou mise à part (c’est le même mot),  voici ce qui a été dit plus haut – et qui concerne aussi bien le compagnon que les enfants issus de cette relation :
La sanctification dont il est parlé est une mise à part, une ouverture à la Bénédiction par le lien conjugal et à cause de la foi du croyant mais cela ne veut pas dire que l’incroyant a le “salut” ! Il a une occasion rêvée à saisir pour lui car le chemin lui est tout tracé, mais son choix personnel et sa décision restent souverains.

C’est pour cela que le concubin croyant n’a pas le choix de pouvoir laisser son concubin incroyant afin de “régulariser” sa situation devant Dieu et les hommes. Le choix est donné à l’incroyant !!

Il ne s’agit pas du salut : les enfants devront choisir eux-mêmes, mais d’un privilège accordé du fait que l’un de leur parent est croyant. C’est une sorte de “ droit d’aînesse ” tel qu’il est défini dans la Bible.