La Tradition Hébraïque

La tradition hébraïque reflète fidèlement la tradition biblique. Nous nous appuierons ultérieurement sur les textes bibliques correspondants.

PREMIÈRE ÉTAPE : LES FIANÇAILLES

 

Les fiançailles se disent en hébreu, Erusin ou Kiddushin
Quand un jeune homme désirait se marier avec une jeune fille, il préparait un document ou un contrat d’alliance, à présenter à sa bien-aimée et au père de celle-çi.
Il allait dans la maison paternelle de la jeune-fille présenter au père ce contrat écrit, appelé Ketuvah. Ce document montrait sa bonne volonté à pourvoir aux besoins de sa future jeune femme et déclinait les termes du contrat par lequel il s’engageait par mariage avec elle.

 

1. La Dot ou Mohar :
La partie essentielle de ce contrat consistait dansleprix – Mohar – que le jeune homme était prêt à payer pour avoir le droit d’épouser la jeune fille. Il entrait doncennégociation avec le père de celle-ci.

  • La Dot était payée au père de la jeune femme, en échange de sa permission de l’épouser.

Les fils étaient considérés à la naissance comme ayant plus de « valeur » que les filles car ils étaient physiquement capables de travaux plus lourds. Cependant, le prix d’une fille était en général fort élevé. Le prix de la Dot représentait en fait, pour la famille de la jeune fille, une compensation  des coûts de son éducation.

  • La Dot ou Mohar démontrait l’amour d’un jeune homme vis-à-vis de sa bien-aimée.
Le jeune-homme allait donc dans la maison de la jeune-fille, avec le contrat – Ketuvah – préparé, et il rencontrait le père (les parents) de la jeune-fille.
2. La contrat de Mariage ou Ketuvah :
Le contrat est donc négocié et conclu entre les deux parties, maintenant et non pas au moment des noces.
C’est un contrat écrit : Ketuvah signifie en hébreu, « ce qui est écrit ».
Il détaille les obligations et les conditions du Mariage et il sera lu à la future fiancée avant qu’elle ne donne son consentement à son futur fiancé.

3. La Coupe de l’Alliance:
Lorsque le père de la jeune-fille et le jeune-homme sont tombés d’accord sur les termes du contrat, ils partagent le vin préparé à cette occasion.  La jeune-fille est appelée ensuite.
Les termes de ce contrat de mariage sont lus et détaillés devant elle, qui pour l’instant, reste dans le silence. Ensuite, le jeune homme lui verse une coupe de vin.
Elle doit prendre tout son temps pour la boire… et réfléchir, peut-être encore. C’est  l’occasion pour elle d’évaluer et de jauger son futur qu’elle ne reverra plus pendant une ou deux années !! Lorsqu’elle a fini de boire, et vidé la coupe jusqu’à la dernière goutte (!) – elle peut signifier son consentement.
Le contrat est signé par les deux parties (le père et le jeune homme) ainsi que par les deux témoins et la jeune fille confirme ALORS oralement son consentement, puis signe de sa  propre main.

 

4. Les cadeaux pour l’épouse :
Le futur époux a apporté des cadeaux choisis pour sa future épouse et il va les lui offrir.
Ceux-ci vont attester

– de son amour pour elle,
– de la valeur qu’elle a ses yeux
– et l’aideront à se souvenir de lui pendant le long temps de fiançailles.
5. Le voile de la fiancée :
À partir du moment où le Mohar a été accepté par le père de la jeune-fille et qu’elle-même a donné son consentement, la jeune-fille est déclarée « sanctifiée », c’est-à-dire, réputée « mise à part » exclusivement pour son fiancé.
Elle-même va immédiatement l’attester en se voilant, afin que tout le monde sache qu’elle est réservée pour son bien-aimé.

6. La préparation de l’épouse :

  • La jeune-fille va se préparer et s’occuper des soins de beauté de son corps. Elle va acheter des cosmétiques en général très chers, pour se faire encore plus belle et elle va apprendre à les employer en vue de son mariage.
  • Elle va aussi prendre ce temps à préparer son trousseau de mariage.
  • Elle a une lampe qui lui est personnelle et qu’elle va laisser allumée, spécialement vers la fin de l’année de fiançailles, car elle ne sait pas exactement quand son époux va venir l’enlever ; elle a donc une réserve d’huile.
7. Les occupations de l’époux :

Après le Shitre Erusin, l’époux repart, retourne dans la maison de son père pour préparer la chambre nuptiale, le Cheder Yichud.
Le temps de la mise à part de sa future épouse est rempli pour le futur époux, par la construction des appartements nuptiaux, dans la maison de son père.
Le père du jeune homme vérifie régulièrement les travaux et lorsqu’il estime le travail  parfait,  il peut donner l’autorisation à son fils d’aller chercher sa bien-aimée.
Le jeune-homme construit aussi, en même temps, sa future maison personnelle.

DEUXIÈME ÉTAPE : LES ÉPOUSAILLES

 

Le temps des fiançailles va durer une année, voire deux, et  pendant ce temps, le couple est considéré comme légalement marié, même si le mariage n’a pas été consommé : il ne le sera que le jour des Noces.
Dans l’Ancienne Alliance, les fiançailles sont réputées être un lien de mariage qui ne pourrait être brisé que par une lettre de divorce.
Le temps des noces est arrivé !
L’époux a reçu l’autorisation de son père d’aller chercher son épouse ; l’épouse attend, elle est prête, sa lampe allumée.
Elle attend impatiemment ce jour avec ses amies, leurs lampes étant pour toutes allumées… et elles guettent chaque soir le son du Shofar et le cri annonaçant que l’époux vient !

 

1. L’enlèvement :
Sa lampe reste allumée toute la nuit (et celle de ses compagnes et demoiselles d’honneur, aussi) car l’époux viendra l’enlever de nuit.
La jeune-fille ne sait pas quand exactement, son promis va venir l’enlever, excepté le fait que cela se fera dans un délai d’à peu près une année :elle est donc dans l’attente de sa nuit de Noces et elle se tient prête. Elle attend le jour de son enlèvement. L’époux peut venir à n’importe quel moment,maisil ne vient pas n’importe comment !

  • Elle sera prévenue de sa venue par :
–  le son de la « trompette »
–  celui du shofar
–  un cri  » Voici l’époux ! « 
En effet, les « amis de l’époux » les shohsvinim, c’est-à-dire, ses plus proches amis, vont le précéder, tandis que lui-même,  escorté de ses garçons d’honneur, suit ensuite.
Les « amis de l’époux », munis deshofars et de flambeaux, annoncent sa toute prochaine arrivée ; la jeune-fille a tout juste le temps de faire ses derniers préparatifs et de dire au-revoir à ses parents et amis qui se rassemblent autour de la maison.

Le cri :  » Voici l’époux !  »  retentit accompagné du son de la trompette, le shofar.

Les « amis de l’époux » vont installer la jeune fille toute voilée dans  une sorte de chaise à porteur, appelée Aperion qui est couverte par un dais nuptial.

Il faut savoir que l’usage de l’Aperion s’était perdu depuis la destruction du Temple en 70 de notre ère ; en 1992, pour la première fois, l’usage en a été restauré par les communautés juives orthodoxes.
L’époux arrive et reçoit sa fiancée toute voilée  de la part des parents avec des bénédictions, à la porte de la maison des parents de son épouse.
Le groupe, après avoir été accueilli, s’en retourne à la maison du père de l’époux où va avoir lieu la cérémonie de mariage, sous le dais nuptial.
Le cortège se forme et se met en route, l’époux va devant, entouré de ses amis, tandis que les proches  portent l’Aperion, entourés des compagnes, amies et demoiselles d’honneur de la mariée, le tout au son des shofarim et à la lumière des flambeaux et des lampes.
2. La rencontre :

L’époux et ses meilleurs amis arrivent les premiers dans la maison du père et l’époux va attendre sous le dais nuptial, (tenu aux quatre coins par les shoshvinim, les « amis de l’époux » ) l’arrivée de son épouse.
Le dais de Mariage ouChuppah représente

– les  » Ailes du Très-Haut  »
– l’Ombre de la Divine Présence,
– la Shekina de Gloire
– et en même temps le toit de la nouvelle maison des époux.
Les invités et amis sont tous rassemblés dans la maison du Père et attendent l’arrivée du cortège nuptial.
3. La cérémonie publique :
Elle est relativement courte et se décompose en trois temps.

  • La jeune fille arrive et lorsqu’elle arrive sous le dais nuptial où l’attend son mari, elle va faire tranquillement plusieurs fois le tour de son époux (trois ou sept fois selon les traditions) escortée par les deux mères.
(C’est peut-être ? de là que vient l’expression « lui tourner la tête mais… après une année passée sans se voir, il faut prendre le temps!!)
  • Le contrat de mariage va être lu en public, ce qui marque maintenant le temps des Noces, Nisu’in du temps des fiançailles Erusin / Kidushin  et…  du consentement.
  • Les sept bénédictions de mariage vont être prononcées au-dessus d’une coupe de vin.
4. La consommation du mariage :

Tout de suite après les Bénédictions, le couple va être conduit et accompagné   par des danses jusque dans les appartements nuptiaux – cheder yuchud , que le jeune homme avait préparés pendant le temps des fiançailles. Ils se trouvent dans la maison du père.
La chambre nuptiale est magnifique et a été construite sur les directives très précises du père.
Avant d’entrer dans la chambre nuptiale, la jeune fille va faire deux choses très significatives ;
– elle va passer par le mikve, qui est un bain spécial.
– et elle va parfumer la chambre.
Le mikve est un bain que doit prendre toute épouse avant son mariage.
Encore actuellement, cette coutume perdure chez les Juifs orthodoxes et nous verrons plus loin sa signification.
La jeune-fille a apporté de la maison de son père, un vase d’albâtre de valeur qu’elle a reçu à sa naissance.
À chaque anniversaire de sa naissance, tout au long de sa vie, ses parents lui donnent un peu de parfum de grand prix, parfum qui est ajouté d’année en année. Ce parfum est gardé, réservé pour le jour de son mariage.
Elle brisera ce vase quand elle sera dans la chambre nuptiale et en parfumera le lit, les tentures et les rideaux de la chambre avant que son époux ne rentre dans la pièce.
Lorsqu’elle est prête, les témoins et la famille accompagnent le jeune homme à la porte de la chambre nuptiale.
Les deux témoins attendront que l’époux leur annonce au travers de la porte, que le mariage est consommé : alors, ils iront immédiatement l’annoncer aux familles et la fête pourra commencer.
Les époux rompront le jeûne dans lequel ils ont passé la soirée par un repas pris en tête à tête, dans leurs appartements nuptiaux pendant que les festivités commencent sans eux.

5. Les sept jours dans la maison du père :

Ils sont appelés les sept jours de la Huppah et ce sont sept jours chômés que l’époux va passer avec son épouse dans les appartements nuptiaux.

Il a la mission de la réjouir et se réjouir avec elle !
6. Le festin des noces :

Les sept jours de « lune de miel »  tirent à leur fin…
L’époux va sortir de la chambre nuptiale et va présenter son épouse rayonnante à toute la famille et les amis, réunis : le festin des Noces prend place et c’est une joyeuse célébration qui prend place ! Le repas a lieu dans la soirée, puisque dans le calendrier biblique, le nouveau jour commence au coucher du soleil.
Ce repas sera la conclusion des Noces, c’est-à-dire, de l’Alliance de Mariage.

7. Le départ dans la maison :

Tout de suite après le souper des Noces, les jeunes époux vont quitter la maison du père pour aller dans leur propre maison, que le jeune homme a bâtie durant les fiançailles.

Ils partent bénis par leurs parents et amis…
Dans l’Ancienne Alliance, la Célébration du Mariage avait lieu sans cérémonie religieuse, telle que nous la connaissons dans notre XXIième siècle.
Le temps des fiançailles  était privé, en général dans la maison de la future Épouse.
Les épousailles étaient publiques et se déroulaient dans la maison paternelle de l’Époux.

Le contrat de mariage était alors lu, devant toute l’assistance.
La Bénédiction des jeunes époux précédait leur union physique.
Le repas de Noces clôturait, ce que nous appellerions la « lune de miel »

 

La Tradition romaine est relativement proche de la tradition hébraïque.

 

Le Mariage étant une Institution Divine Universelle, cela n’est pas surprenant !

L’Europe et la France sont les prolongements de l’Empire romain. Beaucoup de nos coutumes sont des réminiscences de traditions anciennes, dont nous avons perdu le sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s